Mardi, une déclaration relativement prudente du directeur financier de Google faisait plonger le cours de la société en bourse. Afin de s'assurer de la motivation des investisseurs, les...

Mardi, une déclaration relativement prudente du directeur financier de Google faisait plonger le cours de la société en bourse. Afin de s'assurer de la motivation des investisseurs, les dirigeants du numéro un des moteurs de recherche ont organisé une rencontre à guichets fermés avec les analystes financiers, lors de laquelle ils ont fait preuve d'un certain optimisme...
 
Selon Sergey Brin, cofondateur de Google, la firme de Moutain View est en train de se doter de l'infrastructure nécessaire pour devenir "une compagnie mondiale de 100 milliards de dollars", sans préciser si la somme évoquée correspondait à la capitalisation boursière (qui dépasse déjà ce seuil) ou au chiffre d'affaires (6,14 milliards de dollars en 2005).
 
"Il sous-entendait qu'il parlait du chiffre d'affaires, sans faire de ce chiffre un objectif officiel du groupe", estime Martin Pyykkonen, analyste financier chez Hoefer & Arnett cité par l'agence Reuters. Pour se faire, Google aura besoin de diversifier ses sources de revenus, puisque plus de 90 % de son chiffre d'affaires proviennent pour le moment de la publicité en ligne.
 
Un développement vers les autres segments publicitaires (presse écrite, radio, TV) est en cours de préparation. Récemment, Google rachetait dMarc Broadcasting, une régie radio et l'on sait également que des tests ont été effectué à destination de la presse papier. La société devrait également réfléchir aux moyens de monétiser son récent système de paiement, sans parler des opportunités de croissance que pourrait apporter à Google le click-to-call ou pay-per-call.
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 03/03/2006)