General Motors, Ford et Chrysler déploient depuis septembre 1998 l'Automotive Network eXchange (ANX), considéré comme le plus grand extranet au monde, avec pour objectif : plus d'un milliard de doll...

General Motors, Ford et Chrysler déploient depuis septembre 1998 l'Automotive Network eXchange (ANX), considéré comme le plus grand extranet au monde, avec pour objectif : plus d'un milliard de dollars de réduction sur les coûts à l'année. Le consortium Aiag (Automotive Industry Action Group) pilote ce chantier pharaonique. Conçu sous la forme d'une étoile, l'ANX est constitué en fait, en son coeur, de liens IP sur réseau ATM à débit garanti. Ce cercle restreint regroupe les "Big Three" de Détroit et leurs équipementiers de premier rang. Des points d'accès hébergés et gérés par des prestataires attitrés, appelés "Certified Service Providers" sont placent parallèlement aux extrémités de l'ANX. Le but est d'imbriquer dans l'ANX, par des liens VPN, technologie créant un couloir crypté au-dessus de l'Internet public, les fournisseurs de deuxième et troisième rangs. Peu enclins jusqu'ici à recourir aux solutions EDI traditionnelles, coûteuses et fastidieuses, bon nombre de ces fournisseurs vont accéder, pour la première fois, à des applications de collaboration beaucoup plus performantes, incluant la visioconférence et le partage de fichiers CAO. Responsables à Volvo de l'ENX, version européenne de l'ANX, Martin Svensson révèle "Pourtant, au 1er mars 1999, le nombre de fournisseurs raccordés dépasseraient péniblement la barre des 100 sur plus de 30 000 ciblés !". Le manque d'applications encore accessibles aux fournisseurs présents sur l'ANX expliquerait ce manque d'engouement. (La Tribune - 8/06/1999)