Le mouvement de concentration dans le domaine des télécommunications et de la télévision sur poursuit en Grande Bretagne. Alors qu'en octobre nous assistions au rachat d'Easynet par BSkyB, c'est maintenant au tour du...

Le mouvement de concentration dans le domaine des télécommunications et de la télévision sur poursuit en Grande Bretagne. Alors qu'en octobre nous assistions au rachat d'Easynet par BSkyB , c'est maintenant au tour du câblo-opérateur NTL de lorgner sur un opérateur de télécommunications : Virgin Mobile, avec une proposition préliminaire s'établissant à 817 millions de livres, soit 1,2 milliard d'euros.

L'acquisition de Virgin Mobile permettrait à NTL d'ajouter à son offre "triple play" (téléphonie fixe, accès à Internet et télévision) la téléphonie mobile. Pour prendre le contrôle de Virgin Mobile et ainsi commercialiser ses produits sous la marque éponyme, NTL est prêt à valoriser chaque action à 323 pence, soit un total de 817 millions livres.

Toutefois, la possibilité d'une contre-offre sur Virgin Mobile n'est pas à exclure : sont par exemple pressentis les géants de la téléphonie mobile Vodafone ou Orange. Une éventualité qui pourrait conduire le conseil d'administration de Virgin Mobile à attendre un peu avant de se prononcer, afin de voir s'il n'est pas possible de mieux valoriser le groupe.

NTL, déjà en cours de fusion avec Telewest, cherche à prendre de l'avance sur ses concurrents en faisant le premier converger tous les services de télécommunications. " Comme BSkyB vient de mettre la main sur le spécialiste de l'Internet haut débit Easynet, c'est surtout BT qui pourrait être mis en difficulté par le rapprochement entre NTL et Virgin Mobile", explique Damien Chew, analyste chez ING, à l'agence Reuters.

(Atelier groupe BNP Paribas - 05/12/05)