langage informatique commun pour la création en 3D sur Internet. Au cours du Salon des arts graphiques et interactifs "Siggraph 97", le consortium VRML a annoncé un soutien unique pour promouvoir u...

langage informatique commun pour la création en 3D sur Internet. Au cours du Salon des arts graphiques et interactifs "Siggraph 97", le consortium VRML a annoncé un soutien unique pour promouvoir un nouveau langage informatique commun pour la création en 3D sur Internet. Les plus grands noms de l'informatique que ce soit Apple, IBM, en passant par Intel, Oracle, ou bien encore Microsoft, Netscape ainsi que les géants de l'électronique Sony, Philips et Matshushita, tous se sont engagés à soutenir le VRML (Virtuel Reality Modeling Language) comme standard de création, de lecture et de transfert des données tridimensionnelles sur Internet. Langage simple, le VRML traite les principales données de la 3D et se pose comme l'équivalent en trois dimensions du langage utilisé pour la création des pages Web, l'hypertexte ou HTML. Il permet de visualiser des images mouvantes et interactives en 3D comme on en trouve dans les jeux vidéo. La sonde martienne Pathfinder a ainsi pû transmettre sur Internet certaines images virtuelles grâce au VRML. Incorporant déjà le VRML, Internet Explorer 4.0, la nouvelle version du logiciel de navigation de Microsoft, permet ainsi la visualisation de séquences 3D. De son côté, Netscape fera la même chose pour sa mise à jour de Navigator d'ici quelques mois. Né en 1994 de deux informaticiens ayant décidé de fabriquer un langage commun de description de la 3D, le VRML fut ensuite développé jusqu'à sa première présentation en 1997. Regroupant toutes les entreprises intéressées à soutenir ce langage commun, le consortium VRML fut fondée début 1997. Composé à l'heure actuelle de 62 sociétés, pour la plupart américaines (aucune société française), le consortium fonctionne sur le volontariat de ses dirigeants et sur la cotisation des entreprises membres (de 50 000 à 90 000 F par an). N'attendant aucune recette du VRML qui est un standard "ouvert", donc libre de toute propriété intellectuelle, le président du consortium, Neil Trevett, se refuse d'évaluer cet investissement "ce standard a été développé en commun par des personnes venant de différentes sociétés qui ont toutes travaillé sur la base du volontariat". Selon lui "les douze prochains mois vont voir une explosion de la 3D sur Internet". Déjà, Pepsi a commencé la diffusion de publicité utilisant le VRML sur Internet. (La Tribune - 19/08/1997)