ELeGI développe une solution d'e-learning pour les étudiants capable de s'adapter aux différents schémas de compréhension. La plate-forme est reliée à une grille de calcul.

Après la forme, la personnalisation s'attaque au fond. En effet, si Supple adapte les interfaces à leur utilisateur, un projet européen ELeGI* a finalisé un système d'apprentissage qui se conforme aux aptitudes et compétences des étudiants. Les responsables du projet ont ainsi développé des logiciels capables d'identifier les différentes manières d'apprendre d'un étudiant afin de délivrer le contenu en fonction. "Pour apprendre un langage de programmation par exemple, je peux aimer travailler en réalisant des projets en commun alors que d'autres préfèrent se plonger dans un livre, ou faire des exercices", explique ainsi Pierluigi Ritrovato, qui participe au projet. Et d'ajouter : "Le système d'apprentissage prend tous ces aspects en compte". Et ce qui est intéressant, c'est que le dispositif repose sur le système du grid.
Proposer des cours de rattrapage
Selon la situation, la plate-forme accède ainsi aux différents niveaux de ressources en se connectant à plusieurs ordinateurs en réseau. Si un professeur décide par exemple de faire travailler ses élèves sur le mode collaboratif, il l'indique à la plate-forme qui trouve les logiciels correspondant, localise des ordinateurs sur lesquels les faire tourner, puis en permet l'accès au groupe d'étudiants concernés. Ensuite, le système repère la rapidité d'apprentissage d'un jeune et peut adapter les contenus délivrés en fonction, mais aussi lui proposer des cours de rattrapage. Un tel système permettrait de rendre les solutions de e-learning plus efficaces en répondant plus justement aux besoins des élèves.
Améliorer l'interactivité
En effet, si les solutions d'apprentissage à distance se développent, notamment dans les universités, elles ne rencontrent pas toutes le succès escompté. Avoir à disposition des cours en ligne ne sert à rien si on ne possède pas les connaissances en amont nécessaires à leur compréhension. Autre problème : l'interactivité proposée par les logiciels est préprogrammée : elle ne permet pas forcément de répondre à toutes les demandes des apprenants. Le projet, qui s'est déroulé sur une période de quarante et un mois, est parvenu à terme l'année dernière. Il cherche désormais à passer à l'étape de la commercialisation. Plusieurs études pilotes et tests ont déjà été effectués qui, selon les chercheurs, montrent que l'initiative est apte à fonctionner.
*European Learning Grid Infrastructure