Dans le cadre de sa stratégie de développement, le groupe Synstar France annonce l'acquisition de la SSII Hopen au groupe Transalliance. Celle-ci réalise aujourd’hui le plus gros de ses activités...

Dans le cadre de sa stratégie de développement, le groupe Synstar France annonce l'acquisition de la SSII Hopen au groupe Transalliance. Celle-ci réalise aujourd’hui le plus gros de ses activités dans l’Est de la France : son chiffre d’affaires se monte à 10 millions d’euros pour un effectif de 51 salariés.

Spécialisée dans les solutions systèmes et réseaux, depuis le conseil en architecture, l'intégration jusqu'au support à l'exploitation, elle concentre son expertise dans les secteurs de la santé (35% de part de marché des hôpitaux régionaux), les collectivités locales et les PME / PMI régionales.

Ce rapprochement va permettre au groupe Synstar France de compléter son implantation nationale, de renforcer sa présence dans les secteurs de la Santé et des Administrations, tout en « renforçant son savoir-faire métier dans la conception et la réalisation de Solutions et de Services d'Infrastructure par un apport réciproque de compétences ».

Selon Gilles Hovasse, Directeur Général de Hopen SA, « cette acquisition par le groupe Synstar France est une opportunité fantastique pour les clients de Hopen. Elle permettra de leur offrir une meilleure expertise dans le domaine du stockage et de la sauvegarde des données, ainsi que dans les services de haute disponibilité et de secours au plan national. Elle consolidera ainsi la position de leader d'Hopen dans les marchés en pleine croissance tel que celui de la santé ».

Et Synstar n’a pas caché son ambition de continuer sa croissance organique et de se focaliser sur des acquisitions nationales : « Nous étudions d'autres cibles de spécialistes dans les services de réseau/sécurité, la haute disponibilité, ou bien sûr dans les solutions de stockage sécurisé'', a précisé Noël Saille, le PDG de Synstar France.

Ainsi rapprochés, Synstar et Hopen atteindront un chiffre d’affaires annuel de 40 millions d’euros.

(Atelier groupe BNP Paribas – 27/08/2004)