octobre prochain d'une adresse e-mail. Cette opération "un e-mail pour chaque Marlychois" sera lancée lors des Netdays, journées promotionnelles de l'Internet dans l'enseignement organisée sous l'ég...

octobre prochain d'une adresse e-mail. Cette opération "un e-mail pour chaque Marlychois" sera lancée lors des Netdays, journées promotionnelles de l'Internet dans l'enseignement organisée sous l'égide de la Communauté européenne. Tout Marlychois majeur pourra demander, à compter de cette date, une adresse électronique. Pour l'instant, toutes les modalités n'étant pas encore fixées, cette opération n'a pas été annoncée à la population. Les promoteurs de cette idée, à savoir le président de l'Institut de recherches et prospective postales (Irepp) Paul Soriano, et le directeur d'Immedia, Hervé Lebec, associés au maire de la commune, François-Henri de Virieu, espèrent convaincre, sur une population totale de 17 000 habitants, 1 000 personnes d'ici à fin décembre. "on entend beaucoup dire que la condition du développement de l'Internet, c'est la possession d'un micro-ordinateur. Pour nous, la clé, c'est la possibilité d'être connecté au réseau par son adresse, d'être identifié". Pour utiliser leur nouvelle adresse, les Marlychois pourront se rendre à une "cyberthèque" ouverte depuis décembre 1996 à la bibliothèque municipale, à la mairie, à la maison des associations, à l'office du tourisme, au siège du journal municipal. Pour rédiger et stocker leurs messages, les utilisateurs munis d'un code confidentiel disposeront d'un espace privé sur une machine publique. Le bureau de poste devrait également faire partie des milles équipés chacun d'un "terminal internet", objectif fixé pour la fin 1998 par Christian Pierret. Un système de "poste restante électronique" sera mis en place. Prévenu par le facteur, l'utilisateur se rendra à la Poste relever ses messages en attente. Il sera également possible, avec le système Télépost, de recevoir son e-mail par ... courrier postal, fax ou sur un messager de poche. Avec un 3615 comparable au Minitelnet de France Télécom, les Marlychois pourront aussi recourir au Minitel. Pour bien savoir ce qu'ils peuvent faire avec leur e-mail, les Marlychois néophytes recevront des explications. Cette expérience fonctionnant sans subvention, les utilisateurs seront sollicités, mais le moins possible. Les 1 000 premières adresses devraient être offertes. Grâce au partenariat entre Marly et la Poste, les services Télépost seront proposés à des tarifs promotionnels. En revanche, l'e-mail par Minitel sera payant. Bruno Oudet, président de la branche française de l'Internet Society prévient que s'il est trop cher, il "sera contre-productif et en découragera plus d'un". (Supplément Multimédia Libération - 26/09/1997)