Compaq et IBM. Bien qu'arrivé tardivement sur le marché de la micro-informatique, Hewlett-Packard, actuel numéro trois mondial, vise le premier rang en 1999 pour la vente de PC et la troisième place...

Compaq et IBM. Bien qu'arrivé tardivement sur le marché de la micro-informatique, Hewlett-Packard, actuel numéro trois mondial, vise le premier rang en 1999 pour la vente de PC et la troisième place pour les ordinateurs portables (treizième rang aujourd'hui). Au deuxième trimestre 1997, ses ventes se sont accrues de 58,4 % par rapport au deuxième trimestre 1996 (100 % pour les portables, 40 % pour les PC), plaçant ainsi la société derrière Dell (61,4 %) en termes de croissance. Le reste de ses activités stagnant ou déclinant, Hewlett-Packard compte beaucoup sur le développement de la micro-informatique, seule division avec celle des imprimantes à enregistrer une croissance significative. Selon Salomon Brothers, les ventes de la branche PC devraient représenter en 1997, 17 % du chiffre d'affaires total de la société. Hier à New-York, Hewlett-Packard a annoncé non seulement la création de nouvelles marques, mais aussi de nouveaux programmes de distribution ainsi que l'introduction de nouvelles stations de travail et de portables "Nous voulons le leadership du marché à l'an 2000. Pour cela, il faut que nous consolidions notre image d'un fournisseur capable d'apporter les dernières innovations technologiques sur le marché". Ainsi, les nouvelles stations de travail annoncées hier, baptisées Kayak, vont concurrencer, sur le haut de gamme, celles de Sun Microystems et de Silicon Graphics. Des PC de la nouvelle marque H-P Brio, destinés tout particulièrement au marché des PME-PMI vont suivre. Hewlett-Packard a également annoncé, en association avec Intel et Mitsubishi, un nouveau portable pour janvier 1998, fabriqué par le japonais. Fermé, il mesurera 1 centimètre d'épaisseur et pésera moins de 1,5 kilo. Pour concurrencer les fabricants de PC spécialisés dans la vente directe, HP va modifier sa stratégie de distribution. De nouveaux programmes de distribution seront initiés dès le mois de novembre lui permettant de réduire ses coûts de 5 à 7 %. Son réseau notamment assemblera les machines. Une activité commerciale sera également lancée sur Internet pour permettre aux petites entreprises de choisir parmi les différents tarifs affichés par ses distributeurs et d'obtenir un financement auprès du constructeur pour des achats inférieurs à 500 000 F. Venant en soutien de l'usine de Grenoble, un nouveau site sera mis sur pied aux Pays-Bas, une cellule logistique devrait démarrer prochainement en Europe centrale qui pourrait être une extension en Pologne. (Les Echos - 10/09/1997)