A l'admission de l'hôpital de Birmingham, chaque patient sera verra remettre un bracelet qui comporte une puce RFID (Radio Frequency Identification). L'objectif est de renforcer la sécurité et de...

A l'admission de l'hôpital de Birmingham, chaque patient sera verra remettre un bracelet qui comporte une puce RFID (Radio Frequency Identification). L'objectif est de renforcer la sécurité et de s'assurer que les opérations sont menées sur les bons patients.
 
Le Fondation "Heart of England NHS" versera 300 000 livres, soit 450 000 euros, pour mettre en place ce test. Sur la puce seront donc stockées des données personnelles sur le patient, une photo numérique et l'opération qu'il doit subir.
 
Des capteurs capables de lire les informations stockées sur les puces seront installés dans l'hôpital. Ils seront reliés à un système installé sur les PC de l'hôpital, dans les salles d'opération, dans les chambres, dans les salles de réveil et sur des PDA auxquels auront accès les médecins et les infirmières.
 
L'expérience pilote sera menée sur 4 500 patients par an dans les services othorino de l'hôpital. Un test à plus petite échelle est déjà réalisé depuis le mois de novembre 2004. L'hôpital espère réduire le nombre d'opérations réalisées sur les mauvais patients par une malheureuse confusion d'identité. "Le système améliorera la sécurité des patients et l'efficacité opératoire", explique une porte-parole de la Fondation.
 

(Atelier groupe BNP Paribas - 22/02/2006)