Pour identifier les collaborateurs qui parlent de leur entreprise sur le web, et comprendre leurs préoccupations, il suffit simplement de leur demander. Et cela doit passer par la ludification et la création de communautés.

IBM Connect : Sur les réseaux, le salarié est le meilleur collecteur de données

Pour une entreprise, les salariés qui prennent la parole sur leur activité sur les réseaux sociaux permettent notamment de valoriser sa marque employeur. Toutefois, il peut être particulièrement difficile de recenser ces fameux collaborateurs, lorsque ceux-ci utilisent des pseudos ou ne sont tout simplement pas "amis" ou "followers" de l'entreprise sur ces réseaux. Pour résoudre ce problème, les chercheurs du IBM Watson Research Center, présents au sein du laboratoire de l'innovation lors du IBM Connect 2013, ont mis au point une plate-forme, IBMersWhoTweet. Celle-ci permet à la fois aux salariés de se créer une communauté, mais également à l'entreprise d'avoir une meilleure vision des problèmes rencontrés par ceux-ci.

Le salarié suit l'actualité et se prend au jeu

Du côté des salariés, la plate-forme leur donne l'opportunité de regrouper dans un fil d'actualité toutes les publications des membres d'IBM, les IBMers, qu'ils souhaitent suivre sur Twitter. Le but est évidemment de créer un réseau interne d'actualité. Entre alors en jeu le principe de gamification puisque la plate-forme incite les salariés à chercher d'autres IBMers au sein du réseau social. Il leur suffit de taper tout simplement le nom de connaissances qui peuvent ou non accepter de rejoindre la plate-forme. Lorsque ceux-ci ramènent de nouveaux membres, non précédemment répertoriés par un autre salarié, des points leurs sont attribués. Comme dans un jeu, plus ils cumulent de points, plus ils peuvent grimper de niveaux. Et cela donne évidemment lieu à un classement permettant de se comparer à ses collègues.

Pendant qu'un logiciel analyse les données

D'après Casey Dugan, chercheuse à la tête de ce projet, "plus de 7000 salariés à travers le monde ont déjà été retrouvé par les membres d'IBMersWhoTweet". Le but de la manœuvre est évidemment d'engranger des données pour maintenir la réputation du groupe sur Internet. "C'est pour cette raison que nous avons créé un logiciel, Pulse, pouvant fonctionner avec cette plate-forme et qui analyse en temps réel les mots-clés utilisés par les membres d'IBMersWhoTweet", continue Casey Dugan. Celui-ci fait ainsi remonter les mots négatifs qui sont alors classés dans un tableau rouge et au contraire les mots positifs qui apparaissent en vert. Cet outil permet ainsi de connaître les tendances dans les préoccupations des salariés et de s'atteler à la résolution de ces problèmes.

Rédigé par Aurore Geraud
Responsable éditoriale