Les grands systèmes Z800 et Z900 d’IBM seront bientôt remplacé par le dernier-né du géant informatique, le Z990. Ce nouveau mainframe intègre jusqu’à deux fois plus de processeurs que ses ...

Les grands systèmes Z800 et Z900 d’IBM seront bientôt remplacé par le dernier-né du géant informatique, le Z990. Ce nouveau mainframe intègre jusqu’à deux fois plus de processeurs que ses prédécesseurs. IBM a investi plus d’un milliard de dollars en quatre ans pour développer ce système dont une première version sera disponible en juin. Elle sera dotée de 32 processeurs (ce qui représente une capacité de traitement de 9 milliards d’instruction par seconde), avant d’être équipée de 48 processeurs fin 2003, puis de 64 processeurs en 2004.

IBM met en avant deux innovations qui placent, selon lui, le Z990 bien au-dessus de la concurrence. Non seulement son système possède une puissance de calcul très importante, mais cette puissance est de plus adaptable par rapport au client, selon le principe du computing on demand. Le Z990 possède également des fonctions de partitionnement logique qui lui permettent de se diviser en trente partitionnements logiques. Il peut donc gérer l’équivalent de centaines de serveurs Linux.

Le principal objectif d’IBM est de convertir au moins la moitié des 3 000 utilisateurs de Z800 et de Z900 à son nouveau mainframe, mais la firme veut également séduire de nouveaux clients. L’enjeu est de taille : les ventes de mainframes ont représenté pour IBM 3 milliards de dollars en 2002, pour un chiffre d’affaires total de 81 milliards de dollars. Mais IBM n’est pas seul sur le marché : Sun Microsystems et Hewlett-Packard, qui ont choisi une approche différente de celle du géant informatique, propose des serveurs Linux capables de fonctionner en plates-formes, à des tarifs moins élevés que le Z990.

(Atelier groupe BNP Paribas – 15/05/2003)