Un consortium de quatre laboratoires de recherche américains viennent de signer un contrat avec IBM pour bâtir le réseau Grid le plus puissant au monde : une série de clusters Linux capables de trai...

Un consortium de quatre laboratoires de recherche américains viennent de signer un contrat avec IBM pour bâtir le réseau Grid le plus puissant au monde : une série de clusters Linux capables de traiter 13,5 trillions de calculs par seconde. Ce système Grid, connu sous le nom de Distributed Terascale Facility (DTF), permettra à des milliers de scientifiques américains de partager des ressources informatiques, grâce au réseau de recherche le plus rapide au monde. Le Grid offrira un accès aux capacités des supercalculateurs ainsi qu’aux environnements de visualisation haute résolution, des outils spécifiques au Grid et des capacités de stockage de données intégrées à l’infrastructure d’information, le Teragrid. A partir du 3ème trimestre 2002, IBM Global Services déploiera des systèmes de clusters eServer d’IBM sur Linux dans les quatre sites DTF. Les serveurs, conçus pour gérer de manière intensive des charges de calcul et de données utilisées par les commerciaux et les techniciens des clients, intégreront la nouvelle génération de microprocesseurs IA64 d’Intel. Les logiciels de super calcul d’IBM, CSM et GPRS, géreront les dossiers et les clusters. Le système disposera d’une capacité de stockage de plus de 600 millions de téraoctets de données, soit l’équivalent de 146 millions de romans. Les clusters Linux seront interconnectés via un réseau Qwest à ultra haut débit de 40 gigabits/s, créant un système capable de traiter 13,5 téraflops. Un téraflop à un trillion de calculs par seconde. Le DTF sera mille fois plus puissant que le supercalculateur Deep Blue d’IBM, vainqueur en 1997 contre le champion d’échecs Garry Kasparov. Les clusters Linux, en utilisant des protocoles ouverts, se connecteront en toute transparence à un ensemble hétérogène d’ordinateurs hautes performances situés dans les quatre laboratoires, créant ainsi un ordinateur virtuel géant, accessible à partir de n’importe quel endroit du Grid. (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 11/09/2001)