L'américain SoyPrint propose une encre verte compatible avec toute imprimante laser. Il s'agit de développer une démarche écologique chez les grands consommateurs de cartouches : institutions, universités, entreprises...

Pour réduire la consommation de pétrole, il faut imprimer avec une encre au soja. C'est du moins le parti pris de la société PRC (Print Recovery Concept) qui lance son encre à base de germes de soja, baptisée SoyPrint (Soy signifie Soja en Anglais). Le concept n'est pas nouveau, mais c'est la première encre de soja utilisée par des imprimantes laser et entièrement compatible avec n'importe quelle marque. Autre spécificité de cette encre : sa contenance en soja. "Traditionnellement l'encre est composée majoritairement de carbone, un dérivé de pétrole traité", explique à L'Atelier Debe Overhaug, PDG de PRC technologies. "Or notre encre utilise des germes de soja à la place : plus de 53 % de la poudre composant SoyPrint provient de cette ressource verte".
Plus de 100 millions de cartouches par an
Ce qui en fait la première encre commercialisée à contenir un tel pourcentage de soja. Debe Overhaug précise qu'une cartouche d'encre classique contient une livre (soit plus de 450 grammes) de poudre issue du pétrole. "Or, si l'on additionne la consommation en cartouches des institutions, du gouvernement, des entreprises, des universités et des écoles, les Etats-Unis utilisent plus de 100 millions de cartouches par an", calcule Debe Overhaug. Ce qui représente plus de 50 000 tonnes d'encre dérivée du pétrole. C'est à partir de ce constat que SoyPrint a lancé son programme "Alliances". Elle propose aux grands consommateurs d'encre d'adopter leur produit vert, afin de s'inscrire dans un projet "d'impression écologique". Si tant est que l'impression puisse l'être.
Production américaine
Pour s'ancrer dans les usages, ce produit est commercialisé au même prix que des encres normales, avec l'assurance d'avoir la même qualité. C'est du moins ce qu'affirme le PDG de la société. Qui rappelle que la démarche écologique est présente dans tout le processus de distribution de l'encre de soja. Ainsi, l'encre est produite aux Etats-Unis : ce qui limite les transports ainsi que les émissions de carbone qui y sont dues. "Nous privilégions d'ailleurs les transports en bateau", ajoute Debe Overhaug. Et l'Europe ? "Nous y pensons effectivement", confie Debe Overhaug. "Nous sommes d'ailleurs à la recherche d'un distributeur qui pourra vendre SoyPrint Outre-atlantique".