Pour pouvoir dégager du profit, le réseau social Facebook et les entreprises étrangères devront s'adapter au modèle indien, pour lequel la publicité n'est pas une priorité.

Inde : Si Facebook a su s'implanter, il doit encore s'adapter au marché

Avec ses 51 millions de profils créés, l'Inde apparaît comme une véritable source de profits pour Facebook et les entreprises souhaitant établir des stratégies marketing par ce biais. Toutefois, un rapport de Strand Consult a montré que le réseau social ferait une erreur stratégique en essayant d’appliquer à l’Inde son modèle d’affaires existant dans les pays occidentaux. En effet, les entreprises localesparviendraient à se faire connaître sur la plate-forme sans avoir recours à la publicité, qui est pourtant la principale source de revenus de Facebook. Strand Consult pense que la solution, pour celui-ci comme pour les entreprises étrangères, se trouverait peut-être dans le mobile qui est en constante augmentation chez les utilisateurs de la plate-forme.

La publicité ne génère pas assez de revenus

De nombreux opérateurs mobiles ont essayé de faire de la publicité sur Facebook (via par exemple des posts sponsorisés) mais ont renoncé face à un impact peu significatif. D’autres ne veulent pas dégager un budget publicitaire contre des « Likes », partant du fait que les internautes ne veulent pas dépenser leur argent sur Facebook et qu’ils ne pourront donc pas y vendre leurs produits. Tata Docomo, opérateur indien, est l’opérateur le plus populaire sur Facebook, avec plus de huit millions de « Likes » - et 16 000 nouveaux par jour. Ce nombre représente 10% de leur clientèle et donc un taux de conversion très fort - les autres opérateurs n’obtenant que 2%. Et pourtant, Tata Docomo ne fait pas de publicité. En pratique donc, les messages qu’ils vont publier vont être vus « uniquement » par une fraction de ses huit millions de fidèles. Facebook espère alors engendrer des revenus en faisant payer les entreprises pour le privilège qu’ils ont de diffuser l’information à leurs fans à travers le réseau social. A l’heure actuelle, l’imitation de la stratégie de Google et de ses AdWords par Facebook n’a pas abouti.

Facebook doit se réinventer

Pour y remédier, le réseau social a cherché d'autres sources de revenus tels que les partenariats. Il a par exemple réalisé un demi-milliard de dollars de micro-transactions grâce au divertissement (avec CityVille Zynga par exemple). Cependant, l'industrie du divertissement numérique n'est rien en comparaison à celle de la publicité. Alors pour gagner de l'argent en Inde, et dans tout autre pays, Facebook a besoin de se réinventer. Strand Consult a montré que le mobile sera la clé de l’avenir de Facebook. Car la plupart des indiens utilise Facebook avec leur téléphone mobile, chose que la plate-forme n’a pas encore réussi à monétiser. Pour s’adapter, Facebook devrait acheter des brevets mobiles d’AOL ou, solution idéale, acquérir Opera Software, navigateur le plus utilisé pour le mobile. En favorisant l’utilisation du mobile, Facebook pourrait réussir à générer des revenus en Inde, pays qu’il doit prendre davantage en compte dans sa stratégie. En effet, avec près d’un milliard d’utilisateurs de mobiles, l’hypothèse que la prochaine vague d’innovation ne viendrait pas de la Silicon Valley mais de l’Inde est plausible.

Rédigé par Pauline Trassard
Journaliste