Au cours de l’exercice 2000-2001 clos le 30 juin, Infogrames Entertainment a réalisé un chiffre d’affaires de 674,3 millions d’euros, en hausse de 29 % par rapport à l’exercice précédent (521,6 mill...

Au cours de l’exercice 2000-2001 clos le 30 juin, Infogrames Entertainment a réalisé un chiffre d’affaires de 674,3 millions d’euros, en hausse de 29 % par rapport à l’exercice précédent (521,6 millions d’euros), une marge brute de 339,7 millions d’euros (+ 48 %) ainsi qu’une restauration des niveaux de marge (50,4 % du CA contre 43,7 % l’année précédente), et ce en raison du redressement désormais opéré des sociétés acquises et du succès de l’activité publishing aux Etats-Unis. Le niveau des pertes a été nettement réduit. Le compte de résultats au 30 juin 2001 fait apparaître, hors éléments exceptionnels, un EBITDA négatif de 8,8 millions d’euros, contre un EBITDA négatif de 176,1 millions d’euros pour l’exercice précédent. La reprise des activités interactives d’Hasbro Inc ainsi que l’obtention de la licence exclusive de propriété intellectuelle d’Hasbro Inc, présentes et futures sur l’ensemble des formats interactifs existants et futurs pour une durée d’au moins 15 ans, ont significativement renforcé le catalogue et amélioré les parts de marché du groupe aux Etats-Unis et dans le monde. Infogrames Inc est aujourd’hui numéro deux des éditeurs indépendants aux Etats-Unis (source NPD). Le catalogue d’Infogrames s’est développé en tenant compte de la nouvelle répartition des formats sur le marché. De nombreux titres verront ainsi le jour sur PC et Game Boy Advance. En 2000-2001, le marché du jeu vidéo a connu la fin d’un cycle technologique et amorce un nouveau développement par l’introduction des consoles de nouvelle génération. L’exercice 2001-2002 bénéficiera, d’une part, de l’impact des mesures de réduction des charges fixes, d’autre part, des investissements importants au niveau humain, technique et financier réalisés au cours de l’exercice précédent. Dans ce contexte, Infogrames privilégiera le retour à la profitabilité. (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 26/09/2001)