Sur son exercice 2004/2005, clos le 31 mars dernier, la société lyonnaise de jeux vidéo Infogrames a publié un chiffre d'affaires consolidé de 602,1 millions d'euros - en baisse de 14 % sur un an...

Sur son exercice 2004/2005, clos le 31 mars dernier, la société lyonnaise de jeux vidéo Infogrames a publié un chiffre d'affaires consolidé de 602,1 millions d'euros - en baisse de 14 % sur un an - et un taux de marge brute en progression à 50,4 %. Le marché a toutefois particulièrement apprécié le résultat d'exploitation du groupe, qui s'affiche à 22,2 millions d'euros.

C'est-à-dire qu'Infogrames a multiplié celui-ci par 8,5. Autre source de contentement pour le marché : l'endettement du groupe s'est réduit de 125 millions d'euros, à 188,6 millions et sa perte nette consolidée s'est réduite à 25,3 millions d'euros, contre 31,5 millions d'euros enregistrés un an plus tôt.
De son côté, Ubisoft est revenu dans le vert avec un bénéfice net de 20 millions d'euros, alors qu'il avait publié sur l'exercice 2003/2004 une perte de 9 millions d'euros. Son chiffre d'affaires a progressé de 8 %, à 537 millions d'euros, grâce notamment au succès de titres comme Prince of Persia ou Splinter Cell.

L'éditeur est optimiste pour l'exercice qui s'est ouvert le 1 er avril 2005. Il table d'ores et déjà sur un chiffre d'affaires de 600 millions d'euros et sur un résultat d'exploitation d'environ 55 millions d'euros. Ces quatre prochaines années, le président de l'éditeur Yves Guillemot a dit s'attendre à ce que la taille d'Ubisoft double et à ce que sa société triple son résultat net...

En ce qui concerne le duel qu'Ubisoft entretient avec l'américain Electronic Arts, qui souhaite entrer au capital du français, Yves Guillemot a réaffirmé par voie de presse qu'il souhaitait véritablement qu'Ubisoft demeure indépendant, même s'il n'a pas écarté l'hypothèse d'un rapprochement avec un

(Atelier groupe BNP Paribas - 16/06/2005)