Intel a dévoilé mardi à Paris une nouvelle famille de processeurs destinés aux stations de travail et aux serveurs, les Pentium II Xeon “pour la première fois, nous nous positionnons sur les segment...

Intel a dévoilé mardi à Paris une nouvelle famille de processeurs destinés aux stations de travail et aux serveurs, les Pentium II Xeon “pour la première fois, nous nous positionnons sur les segments des stations de travail et de serveurs de milieu et de haut de gamme”. Le prix unitaire des deux nouvelles puces Xeon à 400 MHz présentées est de 1 124 dollars pour l’une et de 2 856 dollars pour l’autre, contre 200 à 800 dollars pour des Pentium II. Alors que le marché du PC se recentre autour des micro-ordinateurs à 1 000 dollars, Intel espère ainsi, avec de tels produits, dégager de fortes marges. Ayant enregistré au premier trimestre, une chute de ses bénéfices de 38 %, Intel doit absolument réussir le lancement de Xeon. Toutefois, non seulement certaines entreprises peuvent préférer attendre la sortie de Merced pour changer leurs équipements, mais Intel entre sur un nouveau marché où sont déjà bien implantés des concurrents comme Sun Microsystems (puce UltraSparc), Digital Equipment (processeur Alpha) ou bien encore IBM (Power PC). Moitié moins cher que des puces de la famille RISC, le Xeon “facilite l’homogénéisation des stations de travail et serveurs dans le monde de l’entreprise ainsi que la maintenance puisqu’elle se fait autour de l’architecture d’Intel déjà très présente dans le monde des PC” assure le responsable marketing des stations de travail en France, Olivier Rivière. Toutefois, la découverte d’un “bug” (voir la revue de presse du 29/06) posant des problèmes de fonctionnement sur certaines applications pour les machines équipées de quatre processeurs a ternie la sortie de Pentium II Xeon. Le problème a été réglé par Intel en modifiant le microcode. Une trentaine de constructeurs de serveurs ayant décidé d’adopter Xeon, testent cette solution. Les premières machines à plusieurs processeurs devraient sortir au troisième trimestre. (Les Echos La Tribune - 30/06/1998)