Confronté à une concurrence de plus en plus sensible, à la stagnation du chiffre d’affaires, à la baisse des bénéfices et à un environnement économique incertain sur plusieurs grands marchés, Craig ...

Confronté à une concurrence de plus en plus sensible, à la stagnation du chiffre d’affaires, à la baisse des bénéfices et à un environnement économique incertain sur plusieurs grands marchés, Craig Barret, le tout nouveau PDG d’Intel, demeure confiant dans la capacité de sa société à rebondir et à tirer profit de l’explosion des nouvelles technologies. De passage à Paris hier, Craig Barret a souligné en particulier les importants débouchés qu’apporteront le développement du commerce électronique, en particulier du commerce interentreprises. “De 150 millions aujourd’hui, le nombre de micro-ordinateurs connectés devrait doubler dès 2000 et atteindre rapidement le cap du milliard. De son côté, le commerce électronique interentreprises devrait générer quelque 450 milliards de dollars d’ici à 2002”. Les ventes d’Intel sur Internet représentent déjà annuellement 4 milliards de dollars, chiffre qui devrait atteindre rapidement 20 milliards.

Tout en reconnaissant que le marché européen devrait afficher la plus forte croissance dans le domaine des technologies de l’information, Craig Barret dénonce les obstacles freinant encore le développement d’Internet en Europe, en particulier les aspects réglementaires liés aux techniques de cryptologie et les restrictions imposées par plusieurs gouvernements aux algorithmes de cryptage à niveau élevé de sécurité. Ne désespérant pas de convaincre en particulier le gouvernement français, Craig Barret souligne “pour assurer la confidentialité et la sécurité des transactions, un cryptage sur 128 bits est un minimum”. Il a également souligné les coûts relativement élevés des communications téléphoniques et des tarifs pratiqués par les fournisseurs d’accès Internet en Europe ainsi que la nécessité d’accroître la bande passante des lignes d’accès à Internet. Dans une interview au Monde, Craig Barret espère qu’Intel devienne “une entreprise plus diversifiée, toujours centrée sur l’industrie des ordinateurs, mais avec beaucoup d’autres activités que les micro-processeurs”. Il a confirmé par ailleurs qu’il espère “un second semestre meilleur que le premier”, tout en faisant remarquer que 1998 sera une année “à croissance ralentie”. (Les Echos - Le Monde - Le Figaro - La Tribune - 22/09/1998)