Le fondeur américain Intel introduit aujourd'hui une nouvelle génération de microprocesseurs, de 90 nanomètres. Plus performants (+20%), ceux-ci présenteront surtout des coûts de production 30...

Le fondeur américain Intel introduit aujourd’hui une nouvelle génération de microprocesseurs, de 90 nanomètres. Plus performants (+20 %), ceux-ci présenteront surtout des coûts de production 30 % moins lourds que les microprocesseurs de la génération précédente. Ces économies réalisées par le fabricant se répercuteront sur les fabricants d’ordinateurs et sur les consommateurs finaux.
Les nouvelles puces, intégrées à la gamme des Pentium 4, présenteront des cadences comprises entre 2,8 et 3,47 gigahertz. Les microprocesseurs Pentium 4 plus anciens resteront sur le marché un moment, puis seront remplacés par ces nouvelles puces, dont la série s’enrichira avec la sortie d’une version très rapide, à la cadence de 4 gigahertz, avant la fin de l’année 2004.
90 nanomètres... 1500 fois plus petit qu’un cheveu humain ! A cette échelle, les microprocesseurs supportent deux fois plus de transistors sur la même surface, d'où un gain de performances qui s'accentuera avec les versions de plus en plus rapides prévues dans le courant de l'année.
Dell, HP, IBM, Sony, Acer... Aujourd’hui, ils sont déjà 29 à fabriquer des ordinateurs de bureau équipés de ce nouveau microprocesseur de 90 nanomètres. Signe de reconnaissance : la lettre E, qui figurera accolée à la puissance du microprocesseur : "Pentium 4 Processor 3.4 E".