Il est curieux de constater que les adresses de nombreux sites chinois se composent souvent d'une série de chiffres : 163.com, 18900.com, 7cv.com, 263.com, 5291.com, 3721.com, 126.com...

Il est curieux de constater que les adresses de nombreux sites chinois se composent souvent d'une série de chiffres : 163.com, 18900.com, 7cv.com, 263.com, 5291.com, 3721.com, 126.com, hao123.com, etc.
 
Difficile de retenir une adresse composée de chiffres qui n'ont aucun sens pourrait on se dire. Certes, excepté qu'une adresse Internet composée des 26 caractères de l'alphabet romain n'est pas forcément plus simple à retenir pour un chinois, surtout s'il n'est pas anglophone.
 
Les chiffres, langage plus universel, constituent alors dans de nombreux cas un procédé mnémotechnique très efficace pour se souvenir d'une adresse. D'autant que dans la culture chinoise, il est donné à certains chiffres un sens particulier, tantôt positif, tantôt négatif. Les séries de chiffres composant ces noms de domaine ont donc, contre toute apparence, un sens précis qui aide l'internaute à les retenir. Ils sont d'ailleurs choisis pour conférer un sens positif et une bonne image au site web.
 
Parmi les chiffres à éviter figure le 4. Vous n'en trouverez aucun parmi les exemples donnés plus haut. Et pour cause, sa prononciation est très proche de celle du mot "mourir" ce qui lui confère une connotation très négative. En revanche, il est possible d'user, voire d'abuser, des chiffres suivants : 6 (chance), 8 (argent), 9 (vivre longtemps) ou encore 10 (famille, ensemble), tous porteurs de sens très positif.
 
Retenir une adresse web dans une langue qui n'est pas la sienne est depuis longtemps une difficulté.
Un paradoxe, alors que les technologies de moteur de recherche acceptant les idéogrammes existent depuis longtemps. La société 3721 Technology Co. Ltd, basée à Pékin, est pionnière et leader sur le marché du "Chinese Keyword Services" (services de mot clés en langue chinoise).
 
Le principe est simple : faciliter la navigation en remplaçant les adresses Web d'origine utilisant l'alphabet romain en adresses composées d'idéogrammes, plus faciles à retenir.
Source : http://www.3721.com/ , fournisseur de "mots clefs" en langue chinoise
Peut on imaginer des noms de domaine composés de caractères chinois ? C'est ce que propose le ministre chinois de l'Information le 1er mars. Le gouvernement a annoncé la réforme de son système de noms de domaine.
 
Quatre "extensions pays", incluant l'anglais, sont créés :
- L'extension ".CN" correspondant aux noms de domaine libellés en anglais
- L'extension "中国" que l'on pourrait traduire par ".chine"
- L'extension "公司" équivalent du ".com" pour les entreprises
- L'extension "网络" équivalent du ".net".
 
Bien plus qu'une simple réforme pour aider au confort des internautes, cette action pourrait ouvrir la brèche à la création d'un autre Internet, entièrement chinois et isolé de l'Internet mondial. Nombre d'observateurs craignent en effet que la Chine mettent en place à l'avenir ses propres serveurs racine, contournant ainsi les serveurs de l'ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) chargé de réguler l'Internet au niveau international.
 
L'annonce du gouvernement chinois contraste fortement avec les timides griefs formulés par le SMSI à Tunis dénonçant une gouvernance de l'Internet dominée par les Etats-Unis et marquée par la sous représentation des économies émergentes.
 
S'il est certain que le confort des internautes chinois sera amélioré, cette annonce attise cependant surtout les débats autour de la gouvernance internationale de l'Internet et le rôle critiqué de l'ICANN. Elle relance aussi les inquiétudes sur le contrôle de l'Internet en Chine.
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 09/03/2006)