Dans la catégorie des fournisseurs de services de télécommunications, la plus belle progression en terme de chiffre d'affaires revient aux spécialistes de l'accès à internet. La palme de la rentabilité va au secteur de la téléphonie mobile...

Dans la catégorie des fournisseurs de services de télécommunications, la plus belle progression en terme de chiffre d’affaires revient aux spécialistes de l’accès à internet. La palme de la rentabilité va au secteur de la téléphonie mobile.
 
Et si Internet devenait le mode de communication favori des Français? Selon l'Arcep, qui publie son observatoire provisoire du marché des services de communications électroniques en 2006, les revenus générés par l'accès à Internet ont augmenté de 18,6% en 2006, pour atteindre 3,7 milliards d'euros.
Soit un peu plus de 10% du chiffre d'affaires global généré par les services fixe, mobile et Internet (32 milliards d'euros).
 
Montée en puissance de la VoIP
 
En comparaison le secteur de la téléphonie fixe classique poursuit son déclin en terme de chiffre d'affaires avec une baisse de 5,4% (11,4 milliards d'euros). Heureusement pour les acteurs de ce segment, l'Arcep souligne l'importante croissance de la téléphonie sur Internet. Ce service, qui représentait moins de 2% du volume des communications en 2004, totalisait en 2006 près de 20% du trafic fixe.
 
Cet engouement pour la voix sur IP a permis de stabiliser le marché qui, en nombre d'abonnements, a affiché en 2006 une progression de 4,6% (38,2 millions). Ce, malgré une désaffection des abonnements fixes sur ligne analogique ou numérique (-1,5 million).
 
12,7 millions d'abonnés haut-débit
 
Le haut-débit, qui enregistrait 12,7 millions d'abonnés fin 2006, annonce une croissance de 34% sur un an. L'ADSL, principal facteur de cet engouement, représente à lui seul 95% du parc, soit 12 millions d'abonnés.
 
Selon l'Arcep, "le succès du haut-débit tient pour beaucoup à celui du dégroupage [+1,6 million de lignes en un an - NDLR] et à l'émergence d'offres multi-services [...]". Le nombre d'abonnements à la télévision par ADSL, par exemple, a doublé en un an pour atteindre les 2,6 millions de clients.
 
Autre argument à prendre en compte : la possibilité, grâce au dégroupage, de téléphoner sans s'acquitter d'un abonnement France Télécom.
 
La téléphonie mobile encore en état de grâce
 
La téléphonie mobile, si elle affiche une progression moins forte que les années précédentes, n'est pas en reste. Le secteur, en hausse de 7,4%, enregistre désormais 51,7 millions de clients. La croissance de ses revenus accuse, pour sa part, un net ralentissement. De près de 10% en 2005, elle n'était plus que de 4,1% en 2006. Mais avec un chiffre d'affaires de 16,9 milliards d'euros, la branche mobile reste le segment des communications électroniques le plus lucratif.
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 29/05/2007)