Le site Jazz Valley (http://www.jazzvalley.com) créé en mars 2000, vient de réaliser une étude auprès de 300 musiciens de jazz français et étrangers afin de comprendre comment Internet pourrait réel...

Le site Jazz Valley (http://www.jazzvalley.com) créé en mars 2000, vient de réaliser une étude auprès de 300 musiciens de jazz français et étrangers afin de comprendre comment Internet pourrait réellement améliorer leur promotion. 75 % des 59 % de musiciens français de jazz interrogés n’ont jamais enregistré de disque sur un label d’une Major Company, contre 58 % pour les musiciens de langue anglaise ou italienne. 64 % des musiciens font leur auto-promotion: les concerts, les albums auto-produits ou signés avec un label indépendant constituent leurs principales sources de revenus. 35 % envoient une démonstration par courrier, 14 % adressent un mèl aux principaux acteurs du jazz et 12 % font appel à un agent. 86 % des musiciens attendent ainsi beaucoup du net, mais pas dans sa forme actuelle. En effet, 13 % ont soumis leur travail à des sites de musique comme http://www.mp3.com et 4 % seulement des musiciens français l’on fait. Les musiciens de jazz, sachant que leur musique reste peu médiatisée, sont attentifs à toute solution leur permettant de se faire connaître auprès d’un public ciblé. Ils ne veulent pas être noyés au sein d’un site de musique généraliste. 50 % des musiciens interrogés souhaiteraient un site complet proposant la vente en ligne de leurs disques, des extraits musicaux, des services comme des forums d’emploi et accès à des listes de contacts professionnels. 57 % seraient prêts à y consacrer 450 F par an, 25 % jusqu’à 900 F par an et 18 % jusqu’à 2 000 F par an. 78 % des musiciens ayant répondu à cette enquête possèdent un PC. 63 % surfent tous les jours, 27 % une à trois fois par semaine. 47 % d’entre eux sont des professionnels, 25 % des musiciens amateurs, souhaitant le devenir. (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 12/03/2001)