Selon l’enquête internationale menée par Ipsos pour Sofinco dans huit pays européens (France, Grande-Bretagne, Allemagne, Espagne, Italie, Belgique, Pays-Bas et Portugal), 82 % des internautes europ...

Selon l’enquête internationale menée par Ipsos pour Sofinco dans huit pays européens (France, Grande-Bretagne, Allemagne, Espagne, Italie, Belgique, Pays-Bas et Portugal), 82 % des internautes européens considèrent que la nouvelle économie est un nouveau secteur d’activité appelé à se développer durablement. 12 % seulement jugent que c’est un phénomène de mode qui tendra à disparaître. 92 % des Allemands, 84 % des Belges et des Hollandais, 82 % des Portugais et des Français, 79 % des Espagnols, 76 % des Italiens et 74 % des Britanniques croient au développement durable de ce secteur. 86 % des moins de 45 ans, 87 % des managers cadres, 91 % des foyers les plus aisés et 88 % des internautes croient à sa pérennité. Autre preuve de la durabilité de ce secteur, le taux d’équipement des Européens est passé de 28 % fin 1999 à 39 % début 2001, soit une progression d’environ 40 %. Les Anglo-saxons arrivent largement en tête des pays européens les plus connectés. Les internautes sont mêmes majoritaires aux Pays-Bas: 57 % des Hollandais disposent au moins d’une connexion (+ 9 points par rapport à février 1999). 47 % des Britanniques (+ 11 points) et 47 % des Allemands (+ 15 points) sont connectés. Malgré une progression du nombre de connectés d’environ 50 %, la France reste en retrait. L’Espagne (78 %) et l’Italie (57 %) enregistrent les plus fortes progressions, bien que les taux d’équipement demeurent les plus bas. Le nombre de personnes en Europe équipées au domicile a progressé de 31 % (+ 14 points) au cours de cette période. Le taux d’équipement à la maison en France a doublé en un peu plus d’un an. Le profil type des internautes reste le même : l’internaute européen est toujours majoritairement jeune (47 % ont moins de 35 ans, contre 5 % seulement des 65 ans et plus), plutôt masculin (55 % des internautes sont des hommes). De plus, 77 % des cadres supérieurs disposent d’une connexion à la maison (55 %) et au bureau (51 %). Enfin, 78 % des foyers les plus aisés disposent d’une connexion, contre 22 % des foyers les plus démunis. Le seuil de saturation n’est pas pour autant atteint. 30 % des personnes non connectées à Internet ont «l’intention de s’équiper» au cours de l’année (13 %) ou à plus long terme (17 %). 38 % des Français, 36 % des Allemands, 27 % des Britanniques et des Italiens, 26 % des Hollandais, 24 % des Espagnols, 21 % des Portugais et 15 % des Belges ont ainsi l’intention de s’équiper. Depuis novembre 1999, le taux d’internautes ayant eu recours à l’e-commerce a progressé de 25 % (+ 9 points). Il s’agit en général d’internautes jeunes, masculins, diplômés, actifs, disposant de revenus importants. En revanche, on constate que les intentions d’achats des internautes n’ayant pas encore essayé se sont refroidies en un an, particulièrement en France où la crainte de l’insécurité des transactions subsiste toujours fortement. 61 % des internautes européens (+ 4 points) jugent qu’Internet est «très bien» ou «assez bien adapté» pour l’achat d’un billet d’avion ou de train, 58 % (+ 4 points) pour l’achat de livres, disques ou cassettes, 49 % (sans changement) pour l’achat de vacances ou 44 % pour l’achat de titres en bourse (+ 3 points). Internet semble également un bon outil pour acheter ordinateurs (39 %, + 1 point), matériel de bricolage (36 %, + 4 points) ou équipements TV/vidéo (35 % sans changement). En revanche, pour l’achat d’une voiture (28 %, + 4 points), le mobilier d’intérieur (27 %, + 4 points), les vêtements (26 %, + 4 points), les produits alimentaires (25 %, + 4 points),le crédit à la consommation (24 %, + 1 point), l’achat d’un appartement ou d’une maison (23 %, + 3 points), les internautes sont plus dubitatifs sur l’intérêt du net. Globalement, en un an, il n’y a aucune évolution majeure dans la perception des produits achetés sur Internet. Les Français sont plutôt plus nombreux que les autres Européens à estimer qu’Internet est un outil adéquat pour réaliser ses achats. (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 17/04/2001)