Open source et multi protocole : Instantbird permet à l'utilisateur de chatter avec ses contacts via une interface unique. Une initiative qui tente de renouveler le concept de l'interface unifiée de IM.

Faciliter les échanges entre les différentes messageries instantanées via un système de multi protocole. C'est le projet mis en œuvre par trois étudiant de l'EPITA, école d'ingénieurs en informatique. Baptisé Instantbird, leur logiciel repose sur les technologies de Mozilla et de Libpurple. Il s'agit  de la bibliothèque logicielle de communication par messagerie instantanée développée par Pidgin. Elle supporte entre autres les protocoles AIM, Gadu-Gadu, MSN et Yahoo!. Dans la lignée de Pidgin, Instantbird est un logiciel libre client multi protocole et multi plate-forme qui permet à l'utilisateur de réunir via une unique interface tous ses contacts issus de ses différentes IM. "Le maître mot de notre programme est interopérabilité", déclare à L'Atelier Florian Quèze, initiateur du projet.
En mode open source
"Instantbird est compatible avec Windows, Linux, Mac... Et à partir de cette plate-forme, l'internaute retrouve ses contacts de IRC, Google Talk, MSN, etc.". Il rappelle par ailleurs qu'il leur projet "est porté par une communauté de développeurs, qui y ajoutent leurs propres modifications et y font évoluer les diverses applications". Pour l'utilisateur le fonctionnement est facile. Il lui suffit de télécharger gratuitement en ligne l'application. Une fois cette dernière installée, il doit configurer ses comptes : pour ce faire, il sélectionne les réseaux auxquels il veut se connecter.
Une interface graphique extensible
"Nous avons développé une interface graphique qui permet une grande extensibilité", précise Florian Quèze. "Elle laissera à long terme le choix aux utilisateurs de la personnaliser comme bon leur semble, en y ajoutant les applications de leur choix". Quant aux grandes sociétés Internet comme MSN ou Yahoo!, elles ne paraissent pas être contre ce type de système. "Ce type de fonctionnement est loin d'être majoritaire, et ces sociétés supportent les initiatives qui encouragent l'interopérabilité", assure l'initiateur du projet. Depuis son lancement en 2007, le logiciel a déjà été téléchargé plus de 100 000 fois.