Plutôt que de renouveler totalement les infrastructures de stockage numérique, les entreprises gagneraient à analyser précisément leurs besoins, et à adapter leurs achats et installations en fonction.

Investir dans un centre de données n'est pas toujours pertinent

Acquérir et mettre en place un nouveau data center au sein des entreprises afin d'augmenter les capacités de gestion n'est pas toujours la décision la plus pertinente. C'est ce qui ressort d'une étude de l'institut McKinsey sur le sujet. Les analystes sont partis du constat que l'installation d'un nouveau data center  n'était pas toujours bien perçue en interne, du fait du coût engendré et du manque de bénéfices visibles. En ce sens, ils ont identifié plusieurs questions clés sur lesquelles tout décisionnaire IT devait se pencher avant de se lancer dans une procédure de renouvellement.

Redistribuer le budget des datacenters dans des domaines plus pertinents

La première d'entre elles est d'identifier clairement le rôle du data center au sein de l'activité de l'entreprise. Privilégier l'achat d'un nouveau logiciel peut par exemple se révéler plus pertinent pour certaines entreprises aux activités extrêmement virtualisées que l'achat de nouvelles infrastructures de gestion. La virtualisation est d'ailleurs un autre des sujets développés. Les chercheurs indiquent ainsi qu'adopter massivement des plates-formes Cloud pourrait mener à une réduction de 25% des coûts de fonctionnement des data centers, et imiter par là même la construction de ces derniers.

Optimiser les infrastructures existantes, ou limiter les coûts des nouvelles acquisitions

A noter qu'il est également possible pour les entreprises de se contenter d'optimiser le mode d'utilisation de leurs infrastructures actuelles. De fait, la plupart d'entre elles souffrent simplement d'un système de refroidissement peu adéquat. En améliorant ce dernier, il deviendrait possible d'exploiter les dispositifs actuels à plein régime. L'entreprise gagnerait de la sorte un espace de stockage plus important tout en limitant les coûts. Enfin, dernière piste soulevée par les chercheurs, qui concerne le cas où le nouveau centre de données serait effectivement installé: limiter la fiabilité de ce dernier. En effet, entre les data centers de catégorie Tiers IV et Tiers III, les risques de panne sont pratiquement invariants (de 0,1%), mais les coûts sont réduits de 20%. D'où l'intérêt d'un véritable arbitrage sécuritaire