La téléphonie de troisième génération (3G) représente désormais 40 % des clients mobiles du premier opérateur japonais, NTT Docomo. Ce dernier vient d'annoncer avoir franchi, le 29 décembre...

La téléphonie de troisième génération (3G) représente désormais 40 % des clients mobiles du premier opérateur japonais, NTT Docomo. Ce dernier vient d'annoncer avoir franchi, le 29 décembre dernier, le cap des 20 millions d'abonnés, et fait part de son ambition de porter ce résultat à 23,5 millions d'ici la fin de l'année.

Alors qu'il a fallu trois ans à NTT Docomo pour réunir ses dix premiers millions d'abonnés (d'octobre 2001 à février 2005), l'année 2005 aura vu l'explosion de la téléphonie de troisième génération, notamment grâce à l'extension de la zone de couverture de son réseau et le développement de nombreux services dédiés.

Sur les 90 millions d'abonnés japonais au mobile, plus de 40 millions ont opté pour une offre de téléphonie haut débit, de type 3G ou assimilée.

En France, SFR dépasse le million

La téléphonie de troisième génération a également connu en 2005 un fort essor dans l'Hexagone. Ainsi, SFR, deuxième opérateur mobile, annonce-t-il aujourd'hui avoir franchi le cap du million d'abonnés à ses offres 3G.

Au 9 janvier, ils étaient exactement 1 060 000, alors que la barre des 500 000 n'a été franchie que fin octobre 2005 . Ainsi, près de 550 000 clients auraient fait le choix d'une offre 3G en un peu plus de deux mois ! Fort de ces résultats, l'opérateur indique désormais tabler sur un score de 2,5 millions de clients 3G d'ici la fin de l'année.

Cette forte croissance est le résultat du développement de nombreuses offres tirant parti des débits de la 3G (384 Kbits/s) : télévision (1,2 million de sessions TV Vidéo en décembre), musique (340 000 titres musicaux téléchargés en décembre) ou visiophonie, ainsi que d'une intense campagne de communication pour promouvoir ces nouveaux services.

(Atelier groupe BNP Paribas - 09/01/06)