Pourquoi utiliser des produits occidentaux et laisser passer une manne publicitaire conséquente alors que le Japon regorge d'industries de haute technologie ? Tel est le raisonnement qu'a dû...

Pourquoi utiliser des produits occidentaux et laisser passer une manne publicitaire conséquente alors que le Japon regorge d'industries de haute technologie ? Tel est le raisonnement qu'a dû tenir le gouvernement nippon, qui vient d'annoncer son intention de s'allier avec des entreprises et des universités dans le but de développer un moteur de recherche typiquement japonais.

Sur l'archipel nippon, les internautes utilisent des outils de recherche américains : Google, Yahoo et consorts. Ces derniers récupèrent donc les fruits d'une bonne part de la publicité en ligne. Le ministère de l'Economie, du Commerce et de l'Industrie (METI) vient de décider la création d'un groupe de travail composé d'une vingtaine d'universités et de sociétés qui auront la charge d'élaborer une alternative aux moteurs de recherche occidentaux.

"Nous voulons étudier ce que peuvent faire les entreprises japonaises dans l'environnement actuel dominé par les forces étrangères. Elles devraient avoir un pouvoir concurrentiel en la matière", a expliqué un porte-parole du ministère.

Matsushita, Hitachi, NEC, Fujitsu et NTT ou la télévision publique NHK feront partie de ce groupe de travail, qui devrait se réunir dès la fin de l'année et avoir défini les grandes lignes du projet d'ici juillet 2006. Un quotidien japonais précise qu'un budget de plusieurs dizaines de millions d'euros pourrait lui être alloué.

(Atelier groupe BNP Paribas - 19/12/05)