Malgré la prolifération de téléphones portables supportant des applications Java dans le monde entier, le nombre d’utilisateurs actifs de ces fonctionnalités n’est pas très important. A part au...

Malgré la prolifération de téléphones portables supportant des applications Java dans le monde entier, le nombre d’utilisateurs actifs de ces fonctionnalités n’est pas très important. A part au Japon ou en Corée, où 80 % des acheteurs de téléphones portables sollicitent ces applications. En Europe, à l’inverse, ils ne seraient que 10 %.

Le groupe ARC vient de publier une étude pour tenter de déterminer l’avenir du Java sur les téléphones portables. Les résultats sont très réjouissants pour les opérateurs qui grâce à lui devraient toucher en 2008 un véritable pactole. En 2003, on estime déjà que le marché du Java a permis aux opérateurs de gagner 1,4 milliard de dollars.

Un montant qui va croître de manière exponentielle au fil des années, avec un marché en 2008 estimé à 15,5 milliards de dollars. Les jeux sur téléphones continueront de tenir une place prépondérante. En 2003, ils représentaient 76 % des applications java utilisées. En 2008, cette proportion devrait passer à
40 %, suite à la prise d’importance des messageries sous Java (e-mail et messageries instantanées).

En dépit de cet essor, le groupe ARC met en garde contre certaines ombres qui planent au-dessus du marché, comme la fragmentation de la technologie Java et son manque de portabilité des applications d’un système à un autre, d’un appareil à un autre. A ces difficultés s’adjoint la concurrence montante des systèmes d’exploitation installés sur les « smartphones », comme Windows mobile, Palm OS, Linux, etc. qui se livrent déjà une bataille sans merci.

(Atelier groupe BNP Paribas - 07/05/2004)