Les internautes donnent de plus en plus d'informations sur leur identité. Cependant, les personnes âgées entre 36 et 55 ans semblent y être plus réticentes, certainement en raison de leur implication sociétale.

Les plus jeunes et les plus âgés parmi les plus enclins à partager en ligne

L'explosion des réseaux sociaux et notamment de Facebook a entraîné une volonté de la part des utilisateurs quant à la diffusion de leurs données personnelles en ligne. Il apparaît cependant que les comportements diffèrent selon les âges, puisque les tranches les plus enclines à partager des informations sont les plus jeunes et les plus âgés. Selon une étude* de l'université de Nothumbria présentée à la conférence Human Computer Interaction 2011 qui se tient entre le 4 et 8 juillet à Newcastle, les individus d'un âge moyen (entre 36 et 55 ans) semblent moins à l'aise quant à l'échange de données. Cela même avec leurs proches.

Implication sociale

Selon les chercheurs, si certains internautes dévoilent moins facilement certaines informations et sont plus sensibles quant à la valeur de leurs données personnelles, c'est certainement en raison de leur place dans la société. Ils réaliseraient entre 36 et 55 ans les coûts et les bénéfices qu'ils auraient à dévoiler certaines informations et se disent qu'ils ont plus à perdre à s'exprimer en ligne. Cette notion reste toutefois à relativiser, puisque certaines personnes affirment ne rien avoir à cacher en dehors d'informations financières.

Les jeunes moins responsables ?

A en croire l'étude, les jeunes de moins de 35 ans dévoileraient plus d'informations privées, notamment aux entreprises externes. Mais il apparaît qu'il en est de même pour les plus âgés, et les deux catégories semblent heureuses de partager ce type de données, incluant même leur nom et date de naissance. L'unique différence qui semble exister entre ces deux classes d'âge réside dans le fait que chez les jeunes plus résistants à la diffusion d'informations, il n'existe pas d'arguments justifiant cette attitude défensive.

* Who knows about me? An analysis of aged-related disclosure preferences, Dr. Linda Little