Dans les prochaines années, les téléchargements de jeux mobiles payants vont diminuer alors que les microtransactions vont augmenter. L'arrivée à maturité de ce marché entraînera d'autres changements dans les habitudes de dépenses des joueurs.

Jeux mobiles : plus de joueurs effectuent de plus petites transactions

 

2012 n'a pas été jusqu'à présent une année remarquable pour les jeux sociaux; les consommateurs y ont dépensé moins d'argent que l'année passée. Cela dit, le Casual Games Sector Report 2012 de SuperData Research montre que les revenus des jeux mobiles aux États-Unis ont augmenté et continueront à le faire, selon leurs prévisions, jusqu'en 2015. Si les joueurs ont tendance à moins dépenser en biens virtuels dans les jeux gratuits, les microtransactions se balanisent et s'intègrent de mieux en mieux dans les comportements d'achat. Du coup, bien que les joueurs dépensent moins, le nombre de joueurs qui effectuent des achats augmente, et les recettes de l'industrie restent stables. 

L'origine des recettes des jeux change substantiellement

L'origine des revenus est un autre aspect, dans le domaine des jeux mobiles, qui va beaucoup changer. C'est sur les téléchargements payants et les microtransactions que les jeux font le plus de bénéfices. Les publicités associées au jeu ne représentent qu'une toute petite part. Mais, dans quelques années seulement, la tendance va s'inverser. Les téléchargements payants sont la seule source de revenus qui va diminuer, de 37% des revenus des jeux mobiles en 2012 à 17% en 2015. Toutes les autres sources vont augmenter : les microtransactions vont augmenter de 55 à 62% et les publicités associées au jeu passeront de 6 à 14%. Malgré la diminution des téléchargements payants, cette évolution signifie qu'entre 3,5 et 10% des utilisateurs de jeux gratuits deviendront des utilisateurs payants.

Le nombre de joueurs prêts à payer en augmentation

Cette évolution d'utilisateurs non payants vers des utilisateurs payants est la plus évidente dans les jeux sociaux. Malgré l'explosion des jeux sociaux, les revenus ont diminué. Le joueur social américain moyen a dépensé 37,59 $ en avril 2012, alors qu'à la même époque l'année passée, la même catégorie de joueurs dépensait 45,58 $. Cependant, avec l'arrivée à maturité de l'industrie, de plus en plus de personnes commencent à dépenser dans les jeux gratuits, en grande partie des jeux sociaux. On s'attend donc à ce que ce plus grand pourcentage de clients payants comble la perte : les clients payants sont passés de 1,4% l'année passée à 2,5% cette année. SuperData prévoie une hausse de ce marché de 1,8 milliards $ fin de cette année à 13 milliards $ en 2015.