Kazaa va subir le même sort que certains de ses semblables. La justice impose au célèbre logiciel de peer-to-peer (P2P) Kazaa de rentrer dans les rangs de la légalité. Ou du moins d'inciter ses...

Kazaa va subir le même sort que certains de ses semblables. La justice impose au célèbre logiciel de peer-to-peer (P2P) Kazaa de rentrer dans les rangs de la légalité. Ou du moins d'inciter ses utilisateurs à la faire. La justice australienne avait condamné Sharman Networks, l'éditeur de Kazaa, arguant que le logiciel permettait et poussait les internautes à enfreindre la loi sur les droits d'auteur.

En appel, la justice australienne a confirmé cette décision et a prononcé un deuxième ultimatum pour rendre le logiciel légal. L'éditeur a donc jusqu'au 5 décembre pour incorporer dans une nouvelle version du logiciel un filtre par mots-clés. Le repérage des fichiers protégés par les droits d'auteur se fera donc par un système de mots-clés intégré dans le moteur de recherche du logiciel. Ces 3000 mots (pour commencer) seront définis par les maisons de disques qui pourront actualiser la liste à leur guise pour suivre les nouveautés musicales.

"C'est le dernier avertissement pour Kazaa", a déclaré John Kennedy, le président de l'Ifpi (International Federation of Phonographic Industries) dans un communiqué. Cependant, l'incorporation d'un filtre dans les futures versions du logiciel n'est pas une mesure rétroactive. Les internautes qui téléchargeront le logiciel dans les dix prochains jours ainsi que tous ceux qui l'ont déjà installé sur leurs ordinateurs ne seront pas soumis à cette mesure.

La réponse de la cour australienne ? Sharman Networks devra "mettre le maximum de pression sur les utilisateurs actuels" pour qu'ils téléchargent la nouvelle version et se débarrassent ainsi de l'ancienne. La justice mise donc sur le futur et garde en tête que c'est une victoire en demi-teinte.

Cette annonce fait suite à la fermeture de plusieurs sociétés qui éditaient des logiciels semblables à Kazaa, comme Grokster . La vague est internationale. BitTorrent a également annoncé cette semaine un accord avec Hollywood. Des renversements qui marquent l'opinion mais dont l'efficacité pratique reste à prouver...

(Atelier groupe BNP Paribas - 25/11/05)