Le Département américain pour la sécurité du territoire a annoncé qu'il allait tester les "e-passeports" dans le terminal international de l'aéroport de San Francisco en collaboration avec la...

Le Département américain pour la sécurité du territoire a annoncé qu'il allait tester les "e-passeports" dans le terminal international de l'aéroport de San Francisco en collaboration avec la Nouvelle-Zélande, l'Australie et Singapour.

Les citoyens australiens et néo-zélandais qui possèdent des passeports biométriques ainsi que les membres de la compagnie aérienne Singapore Airlines et les diplomates américains vont participer au test. Des lecteurs capables de scanner les passeports électroniques ont été installés dans le terminal.

L'expérimentation devra déterminer si ces appareils fluidifient et accélèrent le passage aux douanes. L'aéroport Changi de Singapour ainsi que l'aéroport de Sidney en Australie seront également équipés de bornes de lectures automatiques.

"Ce test nous donne l'opportunité importante de pouvoir travailler avec nos partenaires internationaux pour accélérer les efforts du Département américain pour la sécurité du territoire visant à mettre en place la solution de lecture automatique des e-passeports d'ici à l'automne", explique Jim Williams, le directeur du département US-Visit.

Cette expérimentation n'est pas la première. Des bornes similaires avaient déjà été testées à l'aéroport de Los Angeles et l'autorité américaine avait conclu qu'il fallait renouveler l'expérience pour savoir si oui ou non, ce nouveau système était performant.

Les passeports biométriques possèdent une puce qui contient les informations personnelles du voyageur. Un système permet aux bornes de les lire mais en interdit la lecture à des personnes qui n'y sont pas autorisées.

(Atelier groupe BNP Paribas - 16/01/2006)