Utilisant le périphérique Kinect, le projet Epijarvis propose de contrôler entièrement un ordinateur à distance.

[L'Amphi] Epijarvis renforce l’interaction homme-machine via Kinect et intelligence artificielle

Contrôler par défaut pointeur et clic sur PC à distance et grâce à des gestes simples ou par commande vocale, n’est pas quelque chose de nouveau en soi. C’est pourtant le défi qu'ont voulu relever les porteurs du projet Epijarvis présenté lors du forum des Epitech Innovative Projects 2013 qui, pour ce faire, se base sur la technologie Kinect de Microsoft à l’instar de nombre d’innovations comme Styku ou encore Extended Multitouch. Nous avons utilisé le SDK de Microsoft pour la reconnaissance des mouvements a déclaré Baptiste Leroy, chef de projet et étudiant d’Epitech. Seulement, le logiciel de Microsoft ne prenant pas en compte les mouvements des doigts, ces créateurs ont choisi d’y ajouter une surcouche logicielle, ainsi qu’un programme d’intelligence artificielle pour proposer une solution complète.

Une solution grand public et personnalisable

Initié il y a deux ans, le dispositif se base sur Kinect à la fois car le matériel était déjà largement répandu et parce qu’il n’existait pas d’autre alternative à l’époque, a précisé Théo Papillon en charge du design et de la communication. L’ambition du concept se trouve en effet dans son volet grand public : Il s’agit d’une application rapide et intuitive. Tous les gestes par défaut sont en effet assimilables immédiatement. Pour aller plus loin que le simple contrôle de la souris, l’utilisateur possède de plus la possibilité d’enregistrer via l’interface graphique des “profils” permettant de personnaliser à la fois de nouvelles commandes gestuelles mais également vocales pour différents utilisateurs. La force du programme provient en effet  de son intelligence artificielle capable de proposer automatiquement de nouveaux raccourcis en fonction de l’utilisation, de l’ordinateur.

Reconnaissance faciale et nouvelles perspectives de développement avec Kinect 2

Intégrant une technologie de reconnaissance faciale, Epijarvis est capable de reconnaitre l’utilisateur et ainsi de lui appliquer ses propres raccourcis vocaux et gestuels. La fonctionnalité est en effet indispensable dans le cas d’un PC partagé. Par ailleurs, si le programme Kinect semble aujourd’hui limité et en deçà de dispositif comme Leap Motion, il est possible pour Epijarvis de changer de support. Ce serait juste une question technique remarque Théo Papillon. “Mais quand on regarde les possibilités qui s’offriront avec Kinect 2, cela donne des perspectives de développement sur cet environnement”.
 

Rédigé par Pierre-Marie Mateo
Journaliste