clans entre fournisseurs du système d'exploitation Unix. Eckard Pfeiffer, le PDG de Compaq, doit annoncer aujourd'hui à New York la stratégie de sa société autour de la nouvelle génération de puce d...

clans entre fournisseurs du système d'exploitation Unix. Eckard Pfeiffer, le PDG de Compaq, doit annoncer aujourd'hui à New York la stratégie de sa société autour de la nouvelle génération de puce d'Intel. Cette puce, Merced, codéveloppée avec Hewlett-Packard, sortira en 1999. Beaucoup plus puissante que la génération actuelle, elle pourra supporter des quantités de mémoire beaucoup plus importantes (64 bits). Si le système d'exploitation de Microsoft, Windows NT, pourra faire fonctionner les ordinateurs équipés de cette nouvelle puce, il est loin d'avoir la robustesse et la performance d'Unix. Eckard Pfeiffer devrait choisir Unix de Digital Equipment comme l'un de ses deux systèmes d'exploitation pour ses futurs ordinateurs équipés de Merced, l'autre étant Windows NT. Selon IDC, 33 % des serveurs équipant les entreprises françaises tournaient en 1997 sous Unix. Toutefois, face à Windows NT, il pert des parts de marché. Cette année, les ventes mondiales de serveurs Unix vont représenter 22,6 milliards de dollars contre 12,8 milliards pour Windows NT (source Dataquest). Seul actuellement, Santa Cruz Organization (SCO) dispose d'une version Unix pour Intel, tous les autres fournisseurs ont des versions pour des puces RISC, architecture concurrente qu'ils ont parfois adaptée à l'environnement Intel. Ainsi, pour sa puce Sparc, Sun a développé un Unix baptisé Solaris, IBM commercialise AIX sur sa puce PowerPC, Digital à son Unix pour sa puce Alpha, comme Hewlett-Packard pour sa puce PA-RISC. La semaine dernière, Hewlett-Packard a annoncé le ralliement d'Hitachi, NEC et Stratus qui adopteront son Unix sur Merced. De son côté, Sun Microsystèms peut compter sur NCR, Fujistsu et Siemens-Nixdorf. Digital, pour sa part, s'appuie sur Tandem, Sequent et Compaq. Compaq est également allié à SCO ayant pour appui Data General, ICL, Unisys, IBM .... Le seul grand absent est IBM. Comme l'explique Michel Teyssedre, responsable pour IBM en Europe de la gamme RS/600 "nous faisons une abstraction totale d'Unix sur Merced. Aujourd'hui, nos clients sont préoccupés par l'euro et l'an 2000 et ils ne veulent pas prendre de risque en portant des applications sur un nouveau système". Selon certains rumeurs, IBM travaillerait avec Sun pour développer un Unix plus facile d'utilisation, pouvant intégrer Java et pouvant fonctionner sur de multiples puces. Selon le cabinet de consultants Meta Group, à l'avenir trois acteurs devraient dominer le marché des Unix 64 bits "Hewlett-Packard, parce qu'il codéveloppe Merced, Sun parce que toute sa stratégie est fondée sur Unix et IBM à cause de sa taille". (Les Echos - 05/05/1998)