Les véhicules autonomes présentent des risques nouveaux qui ne sont pas nécessairement couverts par les assurances classiques. De nouveaux produits sont créés pour y faire face. Comme ceux de l’entreprise Adrian Flux.

L’assurance des véhicules autonomes

Les véhicules autonomes seront bientôt une réalité, même si les experts ne s’entendent pas sur les échéances. Pour Steven E. Shladover de l’Université Berkeley, les camions sans conducteurs seront sur les autoroutes d’ici trente à quarante ans. En attendant, de nombreux véhicules semi-autonomes, avec des modes “pilote automatique” notamment, voient le jour. Or, qui dit nouvelle technologie dit nouveaux risques. Comment s’assurer contre un piratage du logiciel de sa voiture ?

C’est ce que propose Adrian Flux. L’assureur britannique réfléchit aux scénarios auxquels seront confrontés les propriétaires de véhicules autonomes et leur offre de quoi se prémunir des dommages qui en découlent. Parmi les risques envisageables : des dommages physiques ou matériels peuvent par exemple résulter de l’utilisation du système d’aide au stationnement. Il faut également protéger les ordinateurs de bord avec des pare feux et antivirus de potentiels failles. Les clients seront également couverts en cas de soucis résultant d’une difficulté à reprendre le contrôle du véhicule.

D’après l’assureur basé à Norfolk, étant donné que 90% des accidents de la route seraient liés à une erreur humaine, les incidents impliquant des véhicules autonomes risquent de se raréfier dans le futur. Et les polices d’assurance d’être moins coûteuses. L’avantage des voitures autonomes et de leurs capteurs est que les données collectées constituent un excellent moyen de comprendre voire de prouver la responsabilité du fautif de l’incident. De quoi faciliter l’indemnisation en cas de problème.

Rédigé par Sophia Qadiri
Journaliste