Une entreprise américaine veut mutualiser les réseaux d’éclairage public en les utilisant comme relais de connectivité performants.

L’éclairage public se reconvertit dans le Big Data

Il existe à travers le monde plus de 4 milliards lampes d’éclairage public, utilisant en grande majorité des ampoules à haute intensité libérant du mercure et d’autres substances toxiques pour obtenir de la lumière. Sensity Systems souhaite mutualiser ce réseau d’éclairage en remplaçant l’équipement en l’état par des capteurs connectés à consommation modérée. Cette initiative pourrait signifier la mise en place d’un réseau à échelle mondiale de capteurs pouvant mesurer en permanence des données météorologiques et visuelles. Chaque lampadaire serait reconfiguré comme un nœud dans un réseau global, enregistrant et partageant des données en permanence avec d’autres réseaux.. L’entreprise va au-delà de la simple collecte de données et envisage de développer une place de marché en ligne pour les applications utilisant ces données.

Rendre sensible les réseaux d’éclairage

Il existe déjà plusieurs startups visant à relier les réseaux d’éclairage public à l’Internet des Objets, Echelon par exemple a déjà développé ses installations dans plus de 500 villes. Mais Sensity présente un business model spécifique : l’entreprise loue les données aux des propriétaires de l’infrastructure puis cherche à les rendre profitables. L’entreprise prévoit ainsi de lancer un écosystème d’applications à plusieurs niveaux. Comme le résume le CEO de Sensity Systems, Hugh Martin “ Il y a trois niveaux d’applications pouvant être développées : celles permettant de contrôler l’éclairage, de créer de la valeur pour le propriétaire de l’infrastructure et enfin celles utilisant simplement les données brassées par le réseau.” Sensity travaille déjà sur le développement de collections de données, des APIs et des kits à destination de développement de réseaux.  Comme le résume Martin LaMonica, contributeur de la MIT Technology Review et spécialisé dans le suivi de l’énergie verte : “Il est tout à fait pertinent d’utiliser les réseaux d’éclairage pour récolter d’autres données sensibles, car le réseau est déjà en place. L’enjeu reste celui du coût.”.

Des économies importantes pour les municipalités

L’utilisation de ces ampoules LED malgré un investissement conséquent au départ se multiplie. Par exemple a ville de New York a récemment annoncé la transition vers un système d’éclairage public entièrement LED d’ici 2017, représentant des économies potentielles de plus de 14 millions de dollars par an. Sensity Systems commercialise ses capteurs à 150 dollars l’unité, un montant encore inférieur au coût de remplacement en continu des ampoules existantes. De plus ces réseaux d’ampoules sensibles assurent des revenus réguliers liés à l’utilisation de ces données.  En favorisant l’émergence d’un nouvel écosystème à travers une infrastructure jusqu’à présent “dormante”, Sensity permet tout particulièrement aux municipalités de rentabiliser ce service public coûteux. L’enjeu principal reste celui de la confidentialité des données, ce réseau représenterait en effet l’un des plus grands ensembles de capteurs jamais réalisés pouvant se transformer en système de surveillance généralisée. Sensity prévoit de directement s’attaquer à cette problématique en travaillant en collaboration avec l’organisation de défense des droits de l’homme américaine ACLU et engager un responsable de la confidentialité. De plus les applications seront directement filtrées par la plateforme, à la manière de la politique de l’Apple Store en la matière.

 
Rédigé par Thomas Meyer
Fonction - Journaliste, Business Analyste