Malgré les fortes réticences rencontrées auprès de certains professionnels de la Santé, les données apportées par l'utilisation de dossiers médicaux informatisés permettent de mieux adapter les traitements des patients, notamment dans le cas des diabétiques.

L’efficacité des dossiers électroniques dans le traitement des maladies chroniques confirmée

Entre 2005 et 2010, le consortium médical Kaiser Permanente de Californie du Nord a choisi de mettre en place un système éectronique de dossiers médicaux personnels (DMP), baptisé Kaiser Permanente HealthConnect, dans 17 de ses hôpitaux et 45 de ses bureaux médicaux. Attentivement encadré par un groupe de chercheurs, cette première expérience du DMP était concentrée sur le suivi des patients atteint de diabète. Ce n'est que cette année que les résultats de cette étude ont été publiés dans les Annales de la Médecine Interne et ceux-ci semblent apporter des preuves conséquentes du gain d'efficacité que l'utilisation des DMP offre à certains types de patients.

Une information actualisée et centralisée

"Une amélioration de de la disponibilité de l'information, des supports de décision et la fonctionnalité ordre-entrée aident les médecins à identifier les patients les plus appropriés pour une intensification des dosages médicamenteux et réitération des tests, ce qui mène à une meilleure prise en charge des patients atteints de diabète" exprime Marc Jaffe médecin du programme Kaiser pour la réduction des risques cardio-vasculaires. Effectivement on peut observer une véritable amélioration aussi bien au niveau glycémique, que de celui du contrôle du cholestérol ou de la pression sanguine, de l'ordre de 2 à 6,5% selon les patients. Si les études précédentes se sont concentrées sur l'amélioration de la relation patient-médecin grâce aux nouvelles technologies, l'apport ici des DMP tient en réalité à la simplification du suivi médical. Plutôt que de volumineux dossiers, aisément égarés et contenant souvent des informations devenues obsolètes, les DMP doivent permettre de rassembler l'intégralité des données relatives à un patient. Il s'agit ainsi de ne donner que les informations les plus à jour tout en recherchant l'exhaustivité. Dans le cas du diabétique dont il faut contrôler systématiquement les taux de glycémie par exemple, les DMP permettent de rendre l'information disponible au médecin traitant presque immédiatement.

Certaines réserves subsistent encore

En théorie, l'utilisation des DMP ne semble pas porter à polémique : une information actualisée, centralisée, qui permettrait de désembouteiller les services d'archives déjà surchargés des hôpitaux. Cependant en dehors des réticences quant au passage du dossier papier à la digitalisation au nom de l'habitude, les DMP soulèvent en fait une certaine appréhension auprès des médecins. S'il ne fait aucun doute qu'ils sont le futur des dossiers médicaux, leur mise en place doit se faire en évitant certains écueils. La principale crainte tient à la sécurisation des données, extrêmement personnelles, qui sont ainsi mises en ligne, même si ce n'est que sur des réseaux réservés aux professionnels de la Santé. Kaiser Permanente semble montrer une voie efficace, si les problèmes de sécurité ne sont pas soulevés, la standardisation des DMP entre les différents hôpitaux du consortium a permis un réel partage des informations, obstacle sur lequel ceux-ci butent encore en Europe.

Rédigé par Quentin Capelle
Journaliste