Pour aider certains enseignants à mieux tirer parti des nouvelles technologies, des élèves ont créé un manuel d'utilisation en classe d'une trentaine d'outils web 2.0. Il est accessible en ligne sous forme de wiki.

En matière d'usages Internet, les élèves en savent parfois plus que leurs professeurs. Fort de cette conviction, un professeur en technologies de l'éducation de l'université de Purdue a décidé de mettre ses étudiants à contribution pour expliquer aux enseignants peu rompus à l'innovation quels bénéfices ils pouvaient tirer d'outils web 2.0 tels que Facebook, Google Docs, Flickr, Twitter etc. Résultat de l'opération : un wiki recensant les usages pédagogiques possibles de trente quatre technologies différentes. Pour mener à bien ce projet, les étudiants américains ont collaboré en ligne avec des élèves issus de Turquie et de Corée.
Forums et vidéo-conférence
Des équipes composées chacune d'élèves des trois pays ont ainsi pu plancher sur les principaux outils sociaux disponibles. Ils ont collaboré par l'intermédiaire de systèmes divers (forums, réseaux sociaux, vidéo-conférence etc.) pour rédiger les trente-quatre chapitres du wiki dédié. "L'idée était d'immerger les étudiants dans le type de technologie dont ils avaient pour tâche de décrire les vertus éducatives", explique Thimothy Newby, l'enseignant à l'origine du projet. Ce dernier explique qu'un tel travail en équipe et à distance n'a pas toujours été chose aisée mais que les élèves ont en outre acquis des compétences qui leur serviront plus tard.
Immersion des élèves
"Nous voulions que nos étudiants obtiennent une perspective globale du monde dans lequel ils vivent. L'un des principaux moyens de le faire a été  de les forcer à croiser leurs regards avec des personnes issues d'autres pays qu'eux."Ce faisant, le wiki produit ne se veut pas monolithique. Ses rédacteurs revendiquent d'avoir croisé leurs perspectives pour mettre à disposition des enseignants du monde entier le premier manuel d'utilisation en classe du Web 2.0. Ce wiki sera présenté demain à l'occasion du International Network of Students Investigating Technologies for Education (INSITE).