Les internautes sont désormais conscients de l'importance de surveiller leurs données personnelles diffusées sur la Toile. En terme de réputation personnelle, mais aussi professionnelle.

L'identité numérique préoccupe les Américains

 

La question des informations personnelles présentes sur Internet est aujourd’hui bien ancrée dans les préoccupations américaines, souligne une étude de Harris Interactive pour Intelius. Neuf Américains sur dix souhaitent désormais reprendre le contrôle sur les données les concernant sur la Toile, selon les chiffres du rapport. 80 % des personnes interrogées affirment par ailleurs qu’elles accordent autant d’importance à leur identité online qu’à leur réputation – personnelle et professionnelle – offline. La raison ? Selon les auteurs de l’étude, une prise de conscience générale a eu lieu vis-à-vis de l’importance prise par les informations diffusées sur Internet, aujourd’hui.

Gérer sa réputation en ligne

Nous considérons que, l’année prochaine, la question de la réputation online va prendre toute son ampleur, car les consommateurs mesurent à quel point l’impact de ce qui est dit sur eux en ligne peut être important”, note Prakash Kondepudi, Senior Vice President chez Intelius. Et de fait, plus des trois quarts des répondants estiment qu’il est essentiel d’effectuer des recherches en ligne sur une personne avant de la rencontrer effectivement, notamment lorsqu’il s’agit de rencontres professionnelles. Et la même proportion affirme que des informations négatives seraient préjudiciables, et pourraient les amener à annuler la rencontre.

Faire le point tous les six mois

Du coup, plus de 60 % des personnes interrogées jugent nécessaire de faire le point sur les données les concernant sur la Toile tous les six mois environ – voire plus souvent – même si un quart des répondants reconnait ne jamais avoir effectué cette opération. L’étude a été conduite entre le 18 et le 22 novembre 2010, auprès d’un panel de plus de 2100 Américains. Pour mémoire, L’Atelier soulignait récemment les réticences des Français vis-à-vis de ces questions. En notant que 4 % d’entre eux seulement indiquaient publier des informations professionnelles sur la Toile régulièrement.