La crainte de certains de voir les offres de contenus illimités telles que Kindle Unilimited réduire les dépenses multimédias des consommateurs ne serait peut-être pas si fondée que ça.

L’illimité, aubaine ou fléau pour le marché du livre?

Que cela soit pour la musique, les films ou les livres numériques, une grande question était en suspens au moment de l’apparition des formules d’abonnement illimités: les utilisateurs vont-ils moins dépenser ? Le dernier rapport de Nielsen Book se veut rassurant pour le marché du livre. Au contraire. Les ventes de livres seraient même plus importantes chez les abonnés à des systèmes d’abonnement illimité comme Kindle Unlimited ou Oyster que chez les autres consommateurs américains de livres interrogés. Le budget moyen consacré aux livres pour un acheteur américain est ainsi de 34 dollars par mois contre 58 dollars pour les abonnés à un service illimité. “On met le doigt sur quelque chose que les professionnels n’avaient pas repéré. Il y avait jusqu’alors une appréhension dans le secteur qui considérait que plus de lecture numérique équivaut à moins de lecture papier.” explique Juan Pirlot de Corbion, CEO de YouScribe qui a lancé l’an dernier son service d’e-books en illimité.

Nielsen Book livre un autre constat : les abonnés sont prêts à payer plus pour ce service, soit entre 14 et 17 dollars quand les systèmes actuels tournent autour de 10 dollars. Le résultat peut paraître surprenant mais pour le dirigeant de YouScribe, il s’explique par la valeur symbolique que détient le livre, même au format numérique : “Il y a un mélange de valeur symbolique lié au livre et La Recherche du temps perdu a autant de poids en digital ou en papier.” Un autre aspect peut, selon lui, pousser les lecteurs à payer plus : le temps passé est plus long que pour d’autres produits culturels.

Si lecteurs et fournisseurs d’e-books semblent heureux, qu’en est-il des auteurs et éditeurs ? Jusqu’ici réticents, les chiffres de Nielsen Book pourraient les inciter à reconsidérer les systèmes d’abonnement en illimité. “Les auteurs expriment un besoin de mieux comprendre un système qui n’est que la transposition du modèle des bibliothèques au niveau du numérique.” selon Juan Pirlot de Corbion. Pour lui, cette modalité nouvelle crée de nouveaux lecteurs ce qui ne peut que profiter à l’industrie dans son ensemble.

D’ailleurs, les dépenses liées au livre ne cessent d’augmenter. Selon Deloitte et Ipsos, 84 % des jeunes Canadiens dépenseront plus en 2015 pour les livres que l’année précédente. Et leur budget est même supérieur à celui de la génération précédente. Les offres illimitées sont donc loin de bouleverser les budgets loisirs qui continuent à augmenter défiant même la baisse générale du temps de lecture. À tel point que certains envisagent de rémunérer les lecteurs.

Rédigé par Guillaume Scifo