Le pays s'apprête à lancer un dispositif grand public à très bas prix. Un moyen de réduire la fracture numérique sujet à polémique.

Pour rendre l'informatique accessible à tous, Userfull misait sur les postes mutualisés au Brésil. L'Inde, de son côté, réduit les coûts en travaillant sur un ordinateur portable dont le prix de vente ne dépasserait pas les vingt dollars. L'Indian Institute of Technology et l'Indian Institute of Science développent ainsi un dispositif plus léger et plus petit qu'un ordinateur portable classique. Peu gourmand en énergie cet ordinateur dispose de deux gigabits de mémoire et d'une connexion Internet haut débit. L'Etat indien espère grâce à cet ordinateur développer son programme national d'éducation par les technologies de l'information.
Un mythe près à tomber
Philippe Torres, directeur des Etudes de L'Atelier, revient sur cette annonce. "Cela fait plus de vingt ans que l'on  est dans le mythe de l'ordinateur à moins de cent dollars, c'est un sujet récurent. Ce débat est d'ailleurs plus ou moins dépassé car il est possible d'acquérir des PC Ultra Mobile à moins de cent euros existent, entre autre, avec les abonnement opérateurs". De plus, de nombreux projets visant à casser la fracture numérique afin de développer l'éducation ont vu le jour comme celui du MIT "one laptop per child". "Des ordinateurs à ce prix seraient une vraie révolution dans le monde de l'informatique" ajoute-t-il. Mais selon lui, "il faut voir quelle est la part des subventions dans le prix et attendre pour voir le produit".
Quel financement ?
Le co-secrétaire à l'Education Arjun Singh annonce sa mise sur le marché dans les six prochain mois. Il met en avant la volonté de l'Etat indien de permettre à tous les établissements scolaires d'accéder à Internet et au portail éducatif national Sakshat. Dans le même temps le ministre du développement des ressources humaines annonce que l'Etat financera un quart du coût de l'accès à Internet pour les établissements publics et privés. Le but est d'augmenter de 5 % les effectifs dans l'enseignement supérieur d'ici 2014. Ce projet est inscrit dans le onzième plan quinquennal indien et devrait coûter plus de 900 millions de dollars.