La production de téléphones mobiles va tripler entre 2006 et 20011. Cette explosion vient en partie des législations favorables à leur fabrication, mais surtout de la demande interne...

La production de téléphones mobiles va tripler entre 2006 et 20011. Cette explosion vient en partie des législations favorables à leur fabrication, mais surtout de la demande interne.

Plus de cent millions de portables vont sortir des chaînes de production installées en Inde en 2011. Ce, alors qu'à peine plus de 30 millions ont été fabriqués l'année dernière. Le Gartner Group, qui publie cette prévision, a calculé que cela correspond à une croissance annuelle moyenne de près de 30%. Cet assemblage de téléphone représentera aussi un chiffre d'affaires de 13,6 milliards de dollars dans quatre ans, contre 4,9 en 2006. Taux de croissance annuel ?
70% consommés en interne
 
Plus de 25% ! Selon le cabinet d'analyste, cette vitalité provient des lois, très favorables aux fabricants, votées par les gouvernements locaux. Mais surtout, c'est le besoin interne qui l'explique. Plus des deux tiers des téléphones seront vendus sur le sous-continent. Le reste aura pour destination l'Afrique, le Moyen-Orient et l'Asie du sud. L'Inde n'est définitivement plus un simple outsourcer : c'est un marché énorme. Rien d'étonnant à ce que Nokia y courtise les écoles de design.
 
Les grands sont bien installés
 
Ou que SAP s'allie à des SSII indiennes pour tenter de s'implanter dans les entreprises locales. Et pas étonnant que les grands noms - européens, américains et asiatiques - de la téléphonie mobile soient déjà tous positionnés sur ce marché. Nokia, Motorola, Samsung, Sony et LG se partagent déjà une vaste partie de la manne. La seule difficulté auxquels sont confrontés ses géants est le manque de fournisseurs de qualité en composants de base.

(Atelier groupe BNP Paribas - 30/08/2007)