Est pris qui croyait prendre. Depuis des mois, l’industrie musicale parle à grands renforts médiatiques de l’illégalité du téléchargement de musique sur Internet via les réseaux de peer-to-peer...

Est pris qui croyait prendre. Depuis des mois, l’industrie musicale parle à grands renforts médiatiques de l’illégalité du téléchargement de musique sur Internet via les réseaux de peer-to-peer. Et lance par centaines des poursuites juridiques contre des particuliers qui continuent de se rendre sur Kazaa, Grokster et compagnie pour télécharger.

Aujourd’hui, la communauté des adeptes de l’échange de fichiers sur Internet doit bien rire en apprenant que la RIAA (Recording Industry Association of America), qui représente l’industrie musicale aux Etats-Unis, se retrouve accusée de violation de brevet.

L’organisation compte au nombre de ses partenaires Overpeer, Loudeye et Media Sentry, des sociétés spécialisées dans l’édition de logiciels anti-piratage. Celles-ci viennent d’être assignées par Altnet, une société elle-même partenaire du réseau Kazaa qui revendique aujourd’hui la propriété exclusive de la technologie d’identification de fichiers sur les réseaux peer-to-peer.

Le brevet mis en cause porte le numéro 5,978,791. Il a été acquis l’an passé par la société Altnet, qui s’en est servie pour mettre au point sa technologie TrueName. Tandis qu’Altnet s’est servie du brevet pour identifier les fichiers circulant sur les réseaux, les trois sociétés incriminées l’auraient utilisé en vue d’inonder les réseaux de peer-to-peer de fichiers appâts endommagés (spoofing).

Aujourd’hui, Altnet réclame la cession immédiate de l’utilisation frauduleuse de son brevet ainsi qu’un dédommagement financier – dont le montant n’a pas été révélé.

(Atelier groupe BNP Paribas – 13/09/2004)