L'arrivée de nouveaux types de noms de domaine ne représenterait pas la manne espérée par les fournisseurs. Ceux-ci diversifieraient alors leurs activités.

L'industrie du nom de domaine doit se modifier

La plupart des fournisseurs de nom de domaine se montrent très circonspects vis-à-vis de la croissance future de leur secteur et, à titre d'exemple, seulement 7% des compagnies allemandes s'attendent à ce que le marché se développe fortement. Le Registrar Atlas 2013, une étude comparative entre plusieurs pays d'Europe consacrée aux compagnies qui fournissent des noms de domaine, montre à travers son rapport que l'arrivée des domaines de premier niveau, qui se caractérisent par des dénominations comme .org, .coop ou encore .edu, n'a pas bénéficié d'un accueil enthousiaste de la part de ces entreprises. Sur les cinq prochaines années, la place occupée par les domaines de premier niveau dans le portfolio d'offres des compagnies européennes ne devrait pas dépasser les 1 à 10% en moyenne. La diversification des offres proposées par ces compagnies pourrait alors être une manière de faire fructifier leur marché.

Une diversification nécessaire

50% des entreprises britanniques et bulgares affirment que la vente de noms de domaines assure une partie très importante de leurs revenus tandis que, en France, les domaines restent une offre marginale des entreprises puisqu'elles seraient 40% à juger ce secteur quelque peu important. Parmi les activités annexes vers lesquelles ces compagnies se diversifient, l'offre de protocoles DNSSEC (Domain Name System Security Extensions) représente l'une des pistes probables pour atteindre une plus larges de part de marché pour ces entreprises. Ainsi, 36% des compagnies allemandes prévoient de proposer ces protocoles à leurs clients, suivi par des offres de suggestion de noms de domaines similaires (21%), du design de site Internet (19%) et de certificats (12%). Les compagnies s'appuient aussi sur des offres déjà existantes dans leur catalogue, même si, en France, les fournisseurs de noms de domaines se diversifient peu. Au contraire, aux Pays Bas, les fournisseurs proposent aussi des services cloud, des serveurs de données, ainsi que des boites aux lettres électroniques et des services d'hébergement.

Des menaces pour la viabilité des fournisseurs

Selon la perception des répondants de l'étude, l'industrie du nom de domaine pourrait être plus ou moins menacée par les usages des appareils mobiles, des applications et des moteurs de recherche. 53% des répondants considèrent que les moteurs de recherche peuvent constituer une menace pour leur secteur, et 49% affirment que les URLs éphémères utilisées sur les sites de réseaux sociaux pourraient aussi constituer une menace. Les appareils mobiles sont perçus comme l'un des dangers les plus importants pour l'industrie:57% des répondants pensent qu'il existe un risque plus ou moins important que les consommateurs n'utilisent plus de noms de domaines sur leurs appareils mobiles mais des applications et des moteurs de recherche

 

Rédigé par Guillaume Parodi
Rédacteur