De chaque côté de la Manche, l'adoption de l'informatique en nuages semble se confronter aux mêmes problèmes.

L'infrastructure des réseaux freine la progression du cloud

Faisant écho à la première édition du CloudIndex de Pierre Audoin Consultants, l'étude britannique Growing pains in the cloud note, elle aussi, certaines difficultés qui freinent l'adoption outre-Manche du cloud computing. Si, à l'instar de l'étude française, la grande majorité des directeurs des systèmes d'information britanniques indiquent leur préoccupation vis-à-vis des problèmes de sécurité que peuvent soulever l'informatique en nuages, les trois cents répondants de l'étude ne manquent pas d'observer qu'il ne s'agit pas du seul obstacle à la démocratisation du cloud. Ils seraient en effet plus de la moitié (58%) à penser que l'environnement immédiat des TICs au sein de leur entreprise bloque les avancées, et 28% ne le font pas pour des contraintes techniques particulières : les équipements dont ils sont dotés ont coûté bien trop cher pour être aussi rapidement remplacés.

Une informatique en nuages grisonnants

L'étude n'est pas sans noter le phénomène encore très récent de l'informatique dématérialisée. 68% des entreprises interrogées possèdent des plate-formes dédiées depuis deux ans ou moins et, en théorie, ils ne seraient qu'un nombre très restreint (6%) des directeurs des systèmes d'information à refuser catégoriquement l'adoption du cloud dans leur entreprise. La complexité des architectures réseau déjà présentes dans les entreprises et la sécurité forment donc les deux principaux freins à cette démocratisation, mais d'autres facteurs rentrent ensuite en ligne de compte. Un manque de confiance dans les fournisseurs de solutions de cloud computing serait très répandue parmi les entreprises britanniques : 64% des répondants affirment que les fournisseurs sous-estiment les difficultés de migration d'un type de réseau vers un autre.

Une éclaircie à l'avenir ?

En guise de recommandations, les auteurs indiquent que le cloud-computing n'est pas une solution de remplacement totale de l'infrastructure déjà existante, mais qu'elle est complémentaire de l'architecture déjà présente au sein des entreprises. L'informatique en nuages représenterait par ailleurs une valeur stratégique certaine pour les leaders de l'Information et de la Technologie. Les directeurs interrogés possèdent d'ailleurs des ambitions que le cloud pourrait soutenir. 53% des répondants, ils sont jusqu'à 80% dans le domaine des transports et de la logistique, trouvent que l'informatique dématérialisée leur permettrait de lancer de nouveaux produits et services bien plus rapidement que d'ordinaire.

Rédigé par Guillaume Parodi
Rédacteur