« Qui va piano, va sano ». Tel est sans doute l'adage italien des internautes américains en milieu rural. Le taux de pénétration de ce média y progresse tranquillement de 41 % en 2000 à 52 % en...

« Qui va piano, va sano ». Tel est sans doute l’adage italien des internautes américains en milieu rural. Le taux de pénétration de ce média y progresse tranquillement de 41 % en 2000 à 52 % en 2003, tandis qu’il s’accélère de 51 % à 67 % en milieu urbain, selon les derniers chiffres d’une étude publiée par Pew Internet & American Life Project.

Le manque d’accès au haut débit explique peut-être cette relative lenteur d’adhésion : toujours en 2003 (interviews réalisés entre le mois de mars et celui d’août), il y avait 36 % d’accès haut débit chez les internautes urbains, contre 36 % chez les internautes ruraux, les fournisseurs d’accès se faisant parfois rares dans les espaces plus isolés. A noter toutefois que des communes américaines se mettent parfois toutes seules à proposer du haut débit à leurs administrés !

Côtés usages, les internautes ruraux utilisent presque autant les courriels et les moteurs de recherche que les internautes urbains. Ils sont en revanche un peu plus nombreux (67 % contre 65 %) à visiter les sites gouvernementaux (déclarations en ligne) ou à jouer sur Internet (42 % contre 39 %). Enfin, les plus de 65 ans représentent 22 % des internautes ruraux tandis que cette tranche d’âge ne représente que 14 % des internautes urbains.

Pour plus d’informations, ne ratez pas la lettre spéciale de vendredi qui diffusera un lien vers notre nouvelle étude « le matin des agrinautes ».

(Atelier groupe BNP Paribas - 24/02/2004)