Le montant global injecté dans la recherche et le développement par les entreprises dites innovantes a diminué. Sauf dans les secteur de l'Internet, des télécoms, et de la santé.

L'investissement dans l'innovation ralentit mais reste stratégique

Le total des dépenses en recherche et développement des mille entreprises les plus en pointe en matière d'innovation a chuté de 3,5 % pour arriver à plus de 500 milliards de dollars en 2009, peut-on lire dans l'étude annuelle "Global Innovation 1000" du cabinet Booz & Company. Cette baisse est néanmoins à relativiser quand on sait qu'en 2008, les dépenses ont connu une importante hausse en dépit de la récession. Et par la chute de 11 % par rapport à 2008 des chiffres d'affaires cumulés de ces entreprises, selon Benoît Romac, directeur chez Booz & Company. "Finalement, le montant dépensé continue à témoigner du rôle central qui est attribué à l'innovation, toujours considérée comme un levier stratégique, quelque soit le secteur", nuance ainsi le responsable. Dans le détail, plus de la moitié des entreprises interrogées par le cabinet ont réduit leurs dépenses R&D en 2009. La quasi-totalité de ces diminutions sont concentrées sur trois secteurs. 

Diminutions des dépenses en R&D dans trois secteurs principaux

En tête de liste : le secteur de l'automobile, qui représente à lui seul les deux tiers des 18 milliards de dollars de cette baisse globale, avec une chute de ses dépenses de plus de 14 %. Suivi par l'informatique (près de 7 %) mais qui reste toutefois le secteur qui dépense le plus en matière d'innovation. Puis en troisième position : l'industrie. A noter qu'à l'inverse, les autres secteurs analysés par le cabinet - santé, logiciels et Internet, télécoms, industries chimiques et énergétiques, aérospatiale et défense, produits de consommations - ont augmenté le niveau de leurs dépenses. Parmi les autres résultats de l'étude, le Japon apparaît comme la région enregistrant le plus fort pourcentage de diminution des dépenses en R&D. En effet, les dépenses des entreprises qui y sont basées ont diminué de plus de 10 %. Alors que "par contraste, les entreprises chinoises ou indiennes enregistrent un bond de près de 42 %", soulignent les spécialistes.

Apple, Google et 3M toujours considérés comme les plus innovants

Une croissance qui ne concerne qu'un faible nombre d'entreprises ne représentant qu'un seul pourcent du montant total des dépenses R&D des mille compagnies prises en compte dans l'étude. Autre point important : le top 20 des entreprises du panel Global Innovation 1000 est dorénavant composé, en grande partie, par des firmes du secteur de la santé. Toutefois, Microsoft arrive en seconde position et Nokia en troisième. Tandis que les trois considérées comme les plus innovantes sont Apple, citée par près de 80 % des professionnels de l'innovation ; Google, par près de la moitié des personnes interrogées et 3M pour un cinquième d'entre eux. "Avec la fin de la récession, l'année 2010 est un test de l'engagement des entreprises en matière d'innovation", expliquent-ils. "Les entreprises les plus tournées vers l'avenir chercheront à rétablir au plus vite leurs budget R&D aux niveau antérieur à 2009", concluent-ils.