Une équipe du Fraunhofer a développé un système de caméras proche de la vision humaine : il balaie les lieux à la recherche d'un événement dit saillant, c'est-à-dire inhabituel par rapport à ce qu'il a appris.

Pour renforcer la sécurité dans les lieux publics, rien ne vaut la capacité de reconnaissance de l'œil humain. Dans ce but, une équipe de chercheurs de l'institut pour les Technologies de l'Information Appliquées du Fraunhofer a mis au point Smart Eyes. A l'instar de la vision humaine, le système est capable de distinguer des objets ou personnes qu'il recherche au milieu d'une scène. Même si celle-ci contient déjà de nombreux éléments, figés ou en mouvements. Mais aussi de catégoriser des événements et des comportements. "Ce modèle informatique de traitement visuel s'apparente aux stratégies de calcul du cortex visuel des mammifères", expliquent les chercheurs. Et d'ajouter : "Smart Eyes réagit ainsi à des événements susceptibles d'attirer l'attention de l'œil humain".

Des éléments de couleur différente en fonction de leur nature

Il est composé d'une caméra fixe pour la surveillance de l'environnement général d'un lieu. Ainsi que de deux caméras mobiles qui balaient une zone, ou qui peuvent être dirigées sur un espace en particulier, et qui retranscrivent les images en relief. Les trois appareils sont reliés à un ordinateur de contrôle. Les images en relief sont décomposées par gammes de couleurs. Dans un stade par exemple, les chaises seraient en rouge, les personnes en bleu, les escaliers en vert et tout le reste en violet. Les images filmées sont ensuite analysées. C'est-à-dire que le dispositif les classe de manière hiérarchique et tire des modèles des situations initiales enregistrées : zones vides, parterre de spectateurs ayant un comportement non inquiétant etc.

Distinguer les individus passifs de ceux en mouvements

Les responsables de la surveillance doivent aussi programmer le logiciel en fonction de leurs besoins. Un événement saillant sera du coup immédiatement identifié. Sachant que les gammes de couleur facilitent la possibilité de remarquer de tels changements. Les zones suspectes sont ensuite agrandies par les caméras pour permettre aux utilisateurs de distinguer l'identité d'un individu, de voir des objets ou encore de définir des actions en cours. Selon les chercheurs, le dispositif est compatible avec des caméras standard. Il sera présenté à la Security Essen, qui aura lieu du 5 au 8 octobre prochains.