L'UFC-Que choisir (Union fédérale des consommateurs) semble bien décidée à faire tomber le cartel des trois opérateurs mobiles français (Bouygues Télécom, Orange et SFR) sur le marché des SMS ...

L’UFC-Que choisir (Union fédérale des consommateurs) semble bien décidée à faire tomber le cartel des trois opérateurs mobiles français (Bouygues Télécom, Orange et SFR) sur le marché des SMS. Ces mini-messages écrits, dont sont adeptes les adolescents, rapportent une marge bénéficiaire de plus de 82 % aux trois opérateurs, bien plus élevée que celle réalisée grâce à la téléphonie vocale (37 %). Après six mois d’étude, l’UFC Que choisir a calculé qu’un SMS coûtait en fait 0,02 euros à l’opérateur, qui le facture en moyenne 0,15 euros à l’unité et 0,10 euros en forfait.

L’UFC dénonce l’abus de position dominante des opérateurs, qui, par le biais de l’alignement du tarif du SMS à 0,15 euros, ont donné l’illusion aux jeunes utilisateurs d’un « juste prix ». Par conséquent, l’UFC a saisi le Conseil de la concurrence, et lancé une pétition sur son site Internet.

A l’origine, les opérateurs de téléphonie mobile n’envisageaient pas une exploitation commerciale du SMS, n’ayant pas flairé les bénéfices importants qu’ils pouvaient en tirer. Mis à la disposition du public en 1998, les SMS ont rapporté 750 millions d’euros, soit le quart du chiffre d’affaires global des opérateurs. Cible privilégiée : les jeunes utilisateurs, qui sont à l’origine de 75 % des envois de SMS en 2002. Soit 4,5 milliards de messages !

Malgré ce succès, les opérateurs n’ont pas baissé le prix du service, conscients du fait que le trafic SMS est assez peu sensible aux effets de prix. Dans le secteur des télécommunications, le service SMS est le seul à n’avoir jamais connu de baisse de tarif depuis son lancement.

La réaction des opérateurs ne s’est pas fait attendre, arguant que tous les coûts d’investissement dans le réseau, de facturation, de paramétrage, de service clients, etc. n’avaient pas été pris en compte dans les calculs de l’UFC. Yves Goblet, directeur marketing de Bouygues Telecom, a mis en avant qu’en Europe « (la France) est le pays qui pratique le plus de générosité », n’étant peut-être pas au fait des tarifs pratiqués au Danemark ou en Norvège, où un SMS coûte entre 0,05 et 0,06 centimes d’euros.

( Atelier groupe BNP Paribas – 26/11/2003)