Si produire des appareils dédiés à la communication génère des émissions carbone, c'est leur utilisation qui se révèle le plus énergivore. Or le nombre d'appareils en circulation est en augmentation.

L'utilisation des technologies pollue plus que leur production

Le secteur informatique, des télécommunications et des médias produit 3 % des émissions totales de carbone dans le monde, rapporte le Centre dédié aux communications durables du KTH dans une étude* dédiée à l'impact de la société de communication sur le climat. Toutefois, si la production des appareils de communication représente une part importante des émissions de carbone recensées, ce sont les usages qu'en font les utilisateurs qui polluent deux fois plus. L'utilisation de la télévision produit par exemple trois fois plus de carbone que la fabrication des téléviseurs et de tous autres produits associés. Dès lors, le prochain défi des fabricants sera "de réduire la consommation d'énergie par utilisateur pour stabiliser la consommation d'énergie mondiale", annonce l'étude.

Prochain défi : stabiliser la consommation

Selon le rapport, réduire de moitié la consommation par utilisateur permettrait également dans l'absolu de donner accès à deux fois plus de personnes aux systèmes et technologies de communication. Et ce, sans augmenter la quantité d'énergie dépensée. Une problématique à laquelle devront rapidement se confronter les entreprises compte tenu de la forte croissance que connaît le secteur technologique. Pour preuve, si en 2007, trois milliards de mobiles, un milliards d'ordinateurs et 1,7 milliards de télévisons étaient recensés, la téléphonie mobile dépasse actuellement, et à elle seule, les 4,5 milliards d'appareils utilisés partout dans le monde.

En tête de liste des appareils utilisés : le téléphone mobile

Autre point important de l'étude : si de nombreuses entreprises produisent d'ores et déjà des appareils dit plus économiques et écologiques, "cela ne suffira pas à interrompre voire ralentir la progression de la consommation de gaz à effet de serre", expliquent les spécialistes. Et d'ajouter, "car parallèlement, la plus grande variété de produits mise à la disposition des personnes les encourage à consommer davantage". A noter que l'étude sera publiée dans le Journal of Industrial Ecology.
* le secteur de la communication implique la téléphonie fixe et mobile, la télévision, la presse écrite et les autres supports tels que baladeurs, appareils photo numériques, consoles de jeux et l'infrastructure IT nécessaire aux fonctionnements des services de télécommunication mondiaux.